Journée mondiale de lutte contre le cancer

santé
Scanner
©FTV
Combattre les idées fausses... La journée mondiale contre le cancer, ce 4 février, a pour but de faire tomber certains mythes. En 2008, 13 % de la mortalité mondiale était due au cancer. Cela représente 7,6 millions décès. Pour l'Organisation Mondiale de la Santé, ce n'est pas une fatalité !
A la Réunion, l'observatoire régional de la santé  a recensé en 2004 plus de 1700 cas de cancer. Et en moyenne, entre 2005 et 2007, ces cancers ont été responsables de 944 décès chaque année...
Il y a aujourd'hui, sur l'île, huit pôles de cancérologie. Pour faire face à une courbe ascendante du nombre de cancers à La Réunion, les hôpitaux se sont organisés. Pour autant, le département reste moins doté que la métropole en professionnels de santé concernés par le cancer et la répartition des professionnels de santé libéraux susceptibles de prendre en charge les cancers est inégale sur l’île.

Premier mythe à abattre selon l'Organisation Mondiale de la Santé : le sentiment de fatalité face à la maladie. Les facteurs de risque sont connus : alcool, tabac, alimentation, pollution, manque d'activité physique... Ces facteurs aggravants peuvent être corrigés et le cancer n'est pas inscrit dans notre destin. Grâce à des stratégies appropriées, un tiers des cancers les plus fréquents (sein, côlon-rectum, trachée, bronches et poumons) pourraient être évités.
La deuxième idée fausse à combattre concerne la mortalité du cancer... Bon nombre d'entre eux peuvent aujourd'hui être guéris. Prévention et dépistage se traduisent par de meilleurs résultats pour les patients. Les dépistages précoces du cancer du sein et du col de l'utérus ont ainsi permis de réduire de 30% le taux de mortalité (750.000 décès en 2008).
Le cancer n''est pas qu'une maladie de "riches" ou de "vieux". 55% des 7 millions 600 mille décès en 2008, ont été recensés dans les régions les moins développées et concernaient des femmes, même jeunes.

Institut National du Cancer
Le cancer à la Réunion (tableau de bord ORS)
Plus de 1 700 nouveaux cas de cancers ont été recensés à La Réunion en 2004.
• Le taux d’incidence des cancers est en augmentation.
• Les cancers du sein, du côlon-rectum, de la prostate et ceux de la trachée, des bronches et du poumon représentent près de 50% des nouveaux cas diagnostiqués à La Réunion.
• La survenue des cancers augmente avec l’âge : 8 nouveaux cas sur 10 entre 45 et 84 ans.
• Les cancers les plus fréquents sont différents selon les sexes : cancers du sein chez les femmes et cancers de la prostate chez les hommes.
• Les cancers représentent le 3ème motif d’admission en affection de Longue Durée (ALD) : 1 400 Réunionnais admis en moyenne chaque année (principalement après 65 ans).
• 8 000 hospitalisations liées aux cancers en moyenne chaque année à La Réunion, sur la période 2005-2007 (hors séances de chimiothérapie et de radiothérapie).
• L’activité hospitalière liée aux cancers est en augmentation sur l’île.
• Près d’un millier de décès liés aux cancers en moyenne chaque année à La Réunion sur la période 2005- 2007.
• Près de la moitié des décès par cancer survient avant l’âge de 65 ans, principalement chez les hommes.
• Les principales causes de décès par cancer sont les cancers du sein chez les femmes et les cancers liés à l’alcoolisme et au tabagisme chez les hommes.
• La Réunion est caractérisée par une surmotalité masculine par cancer.
• La baisse continue de la mortalité par cancer en métropole n’est pas observée à La Réunion : stabilisation de la mortalité féminine par cancer.
• La Réunion est caractérisée par une sous-mortalité par rapport à la moyenne métropolitaine.
• Les cancers constituent une priorité régionale de Santé Publique.
• Une diversité d’acteurs intervient dans la prévention des cancers ou de leurs facteurs de risques.
• Les dépistages du cancer du sein et du cancer colo-rectal sont organisés sur l’île, comme en métropole.