réunion
info locale

Justice : le voleur de squelette du Lazaret 2 va devoir s’expliquer

faits divers
Site archéologique du Lazaret
©Réunion 1ère
L’affaire avait défrayé la chronique en octobre 2012 quand en plein jour à La Grande-Chaloupe, un homme avait volé un squelette dans le cimetière du Lazaret 2. L’auteur a été démasqué, il s’agit de Jean-Noé Janolat. Il sera jugé dans l’après-midi.
L’histoire de La Réunion passionne : les pirates et l’esclavage sont encore des sources de recherches. Nombre d’associations oeuvrent sur le terrain, au quotidien, pour lever le voile sur ce passé connu et pourtant encore mystérieux. D'autres férus d'histoire estiment qu'il est interdit de toucher aux cimetières, même pour approfondir, mieux comprendre la vie des ancêtres. 
 
Vol d’un squelette
 
Le 5 octobre 2012, sur le site archéologique du Lazaret 2 où, un cimetière d’engagés vient d’être mis au jour, un squelette est volé en plein jour. L’enquête des gendarmes les amènent chez Jean-Noé Janolat. Ce sainte-marien, âgé de 43 ans, responsable de l’association « Debout’ensemb » milite pour la réhabilitation des caves du domaine de Madame Desbassyns.
 
Opposant d’un servis kabaré
 
Le conseil général, directeur des fouilles, sera représenté. Mais la perte au final, sera difficile à estimer. Le squelette n’a jamais été retrouvé. Le prévenu affirme qu’il avait déposé les ossements au pied d’un arbre, mais qu’ils ont disparu.
Jean-Noé Janolat en dira peut-être plus devant les juges. L’homme, gardien du cimetière des esclaves de La Rivière-des-Pluies, s’était fait connaître en 2008 en s’opposant à un « servis kabaré » organisé par l’ODC sur le site du fameux lieu de sépulture (office départemental de la culture).
 
Rappel en images avec le reportage de Francis Bourgouin du 8 octobre 2012


 
Publicité