Miss Réunion : Floriane Bourgeois, une saint-pauloise attachée au droit

miss réunion
Miss Réunion : Florence Bourgeois, candidate n°6, dans le journal de la mi-journée
Floriane Bourgeois, 20 ans, saint-pauloise qui poursuit ses études de droit sur Saint-Denis pour devenir avocate. ©Réunion 1ère
L’étudiante en deuxième année de droit s’est lancée un vrai défi en s’inscrivant à miss Réunion. Floriane Bourgeois, 20 ans, originaire de la Saline-les-Bains, a toujours rêvé de représenter son île et devenir ainsi l’élégante porte-parole des réunionnais.  
La candidate n°6 à l'élection de miss Réunion a tout juste 20 ans et vient de boucler sa deuxième année de droit avec succès. Floriane Bourgeois espère un jour intégrer le barreau de Saint-Denis ou de Saint-Pierre : " J’ai toujours été attachée à défendre l’indéfendable. Mon père m’appelait l’avocate du diable. Je me suis renseigné sur les débouchés dans le domaine et je sais que dès la cinquième année,  je peux devenir huissier ou notaire, mais j’aimerais devenir avocate pénaliste ou du droit des affaires ".
Installée sur Saint-Denis, pour les études, elle aime la Saline-les-Bains où elle se ressource le week-end en famille. Sportive, elle pratique encore la natation deux à trois fois par semaine quand son emploi du temps le lui permet, en revanche, elle a dû abandonner la danse orientale.
 
Une miss chaleureuse ?
 
Floriane Bourgeois, comme toutes les candidates âgées de 20 ans en moyenne, aime la musique : " Toutes ! ", souligne-t-elle avec le sourire : " J’aime aussi bien le maloya, que le rock ou le classique. Je suis moins sensible au rap ". La lecture est un passe temps qui s’estompe au fil des études : " J’aime Agatha Christie dont je conseillerais, entre autre, la lecture de Mort sur le Nil. Je travaille depuis l’âge de 16 ans. J’ai eu la chance d’être hôtesse pour une marque de parfum reconnu internationalement, donc avec les études je manque de temps pour lire ".
La fin de l’année universitaire a sonné. Désormais, elle peut se consacrer entièrement à miss Réunion : " Je trouve qu’une miss a besoin d’être au contact de la population, contrairement à un mannequin. C’est ce que je recherche et, quelle belle récompense de représenter son île ! ".

Journal télévisé de 12 h 30 Entretien : Emilie de Balmann