Les spécialistes de la médecine de plongée en séminaire à La Réunion

société
Le caisson hyperbare
Les plongeurs ne son pas les seuls bénéficiaires des avancées médicales dans l'utilisation des caissons hyperbare. ©Réunion 1ère
Des scientifiques spécialisés dans l’hyperbarie sont regroupés à La Réunion pour une semaine. Depuis dimanche, ces médecins partagent leurs découvertes sur ces caissons dont l’utilisation s’étend tous les jours un peu plus.
Les esprits chagrins pourraient s’émouvoir du regroupement de 250 spécialistes de l’hyperbarie à La Réunion. Ils ne sont pas venus en vacances ! Certes, ils plongent et sont logés dans des hôtels de la côte ouest, mais ils partagent leur savoir. Ce colloque médical, d’une semaine réuni 250 délégués de trois continents : l’european underwater and baromedical society, la south pacific underwaetr medecine society et la southern african underwater and hyperbaric medical association.
Tous ces spécialistes invités à l’initiative de l’IRT (Île de La Réunion Tourisme) vont effectuer plus de 1 000 plongées dans les eaux turquoises de l’Océan indien (soit quatre par personne, divisé par le nombre d’invité).
 
Un caisson multifonctions
 
La Réunion est équipée d’un caisson hyperbare depuis 1982. Le premier outil était exigu et limité à l’accueil de deux patients. Le caisson installé au centre hospitalier de Saint-Pierre en l’an 2000 dispose de 6 places. Cependant, le temps a démontré que cet outil ne se limite pas à la médecine subaquatique. Entre dans son champ d’action les intoxications au monoxyde de carbone, les accidents veineux et artériels suite à un choc important, les tentatives de suicide par pendaison, les surdités brusques, mais aussi dans le cadre des traitements curatifs de cicatrices. Le champ d’action s’élargit tous les jours. Ce colloque au soleil, sous les tropiques peut en effet prêter à sourire et pourtant les rencontres entre ces spécialistes sont devenues essentielles tant les découvertes s’accélèrent.
 
Mayotte et les Seychelles équipées
 
Ce Mercredi 25 septembre en soirée, l’ARESUB (association réunionnaise de médecine subaquatique et hyperbare) invite le public sur l’esplanade de l’aquarium de Saint-Gilles-les-Bains à venir découvrir le film de Richard Fitzpatrick, cinéaste et biologiste sous-marin, originaire d’Australie. L’occasion pour les amateurs du monde du silence d’en prendre plein les yeux et plein les neurones.
La Réunion n’est pas la seule destination de l’océan-indien à disposer d’un caisson. Des clubs de plongée aux Seychelles se sont équipés individuellement de cet outil indispensable en cas d’accident de décompression. Par ailleurs l’hôpital de Mayotte dispose également d’une unité de soin hyperbare  depuis avril 2011. La Réunion souhaite s’équiper d’un second caisson. Le département est l’un des plus actifs au plan national et lors d’incidents, les patients en attente de traitements hyperbariques voient leurs rendez-vous repoussés de plusieurs mois.  


Les Outre-mer en continu
Accéder au live