40 intoxications alimentaires collectives par an à La Réunion. Des TIAC évitables

archives d'outre-mer
9 personnes intoxiquées dont 2 en réanimation après avoir mangé du Fugu (tétraodon)
En septembre dernier, 9 saint-paulois avaient été hospitalisés après avoir consommé du "Fugu". Les deux personnes âgées de la famille avaient été transportées dans un état critiques. Un incident pas si rare, selon l'agence de santé. ©DR
Début septembre, 9 personnes d’une famille tombaient malade en mangeant un poisson toxique. Cette mésaventure n’est pas exceptionnelle selon l’agence de santé de l’Océan qui rappelle quelques conseils dans un long communiqué.
La part des toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) survenue en milieu familial augmente chaque année à La Réunion (38% en 2012 contre 12% en 2010). Les conséquences sur la santé peuvent être graves, en particulier chez les personnes fragiles : les enfants et les personnes âgées.
Afin de sensibiliser la population, l’Agence de Santé Océan Indien (ARS OI) et la Direction de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de La Réunion (DAAF) ont réalisé une notice récapitulant les gestes simples à appliquer chez soi pour éviter les intoxications alimentaires.
 
Qu’est-ce qu’une TIAC ?
 
Il est question de toxi-infections alimentaires collectives (TIAC), quand au moins 2 personnes ayant mangé le même plat, souffrent de symptômes en général digestifs : diarrhées, vomissements, maux de ventre, fièvre. Elles sont provoquées par le développement de micro-organismes pathogènes dans les aliments.
Entre 2008 et 2011, les TIAC ont été responsables de 1405 malades et 40 d’entre eux ont été hospitalisés. On dénombre à La Réunion en moyenne 40 foyers de TIAC chaque année. En 2012, près 40% de ces foyers sont apparus en milieu familial.
 
Comment éviter les intoxications alimentaires ?
 
Prévenir la survenue d’une TIAC est l’affaire de chacun ! La notice présente les gestes à appliquer chez soi pour éviter d’être malade. Les recommandations sont simples et concernent les thématiques suivantes :
  • Se laver les mains au savon et à l’eau propre avant la manipulation d’aliments
  • Utiliser de l’eau potable pour la préparation des repas et le nettoyage soigneux des produits lorsqu’ils sont consommés crus
  • Respecter la chaîne du froid pendant le transport
  • Suivre les règles de stockage des produits
  • Connaître et appliquer les bonnes habitudes à prendre

Une prévention simple

Destinée aux familles (en particulier celles ayant des jeunes enfants et/ou des personnes âgées), aux établissements proposant un service de restauration collective à des publics sensibles, et aux centres de protection maternelle et infantile (PMI), cette notice est disponible à l’ARS OI, à la DAAF et dans les centres de PMI.
En cas d’intoxication ou de suspicion, il est recommandé de consulter un médecin pour faire effectuer des examens et analyses si nécessaire, sans oublier de signaler l’existence d’éventuels d'autres malades ayant participé au même repas. Cette démarche contribue à identifier la cause de l’intoxication et permet ainsi aux autorités sanitaires de prendre des mesures pour éviter l’apparition de nouveaux cas.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live