VIDEO : Le marquage d'un requin tigre dans le cadre du programme CAPREQUINS

attaques de requins
Marquage de requin CAPREQUINS
©CAPREQUINS
Trois mois après sa mise en oeuvre, le programme CAPREQUINS se poursuit à un rythme régulier selon le comité régional des pêches (CRPMEM).
Dans un communiqué, le CRPMEM fait le point sur les derniers d'opérations en mer : 

  • de nouveaux bénévoles, tous usagers du milieu marin, ont rejoint le rang des observateurs indépendants de CAPREQUINS. Le premier bilan réalisé par les bénévoles embarqués après un mois d’observations des opérations en mer n’a pas révélé d’anomalies dans leur bon déroulement. Le protocole itératif de mise en oeuvre de CAPREQUINS n’a donc pas fait l’objet de nouveaux aménagements et reste pleinement opérationnel.
  • des journalistes de médias locaux et nationaux ont été conviés au cours des dernières semaines à embarquer à bord des navires habilités, et notamment s’agissant des opérations de « smart drumlines » aux fins de témoigner au grand public et de rendre compte le plus largement possible sur les principes et le déroulement de CAPREQUINS.
  • les dispositifs des drumlines ont été levés le 4 mars dernier pendant une demi-journée suite à la capture d’un requin marteau halicorne de 13 kg, retrouvé mort sur la ligne sans que le système d’alerte en temps réel ne se soit déclenché. Le montage des « smart drumlines » a fait l’objet d’une adaptation afin de le rendre plus sensible aux captures d’individus de petite taille. Ce nouveau montage donne d’ores et déjà des résultats satisfaisants, puisqu’il n’a plus provoqué de capture sans déclenchement depuis sa réinstallation.
S’agissant de la technique des « smart drumlines », depuis le 28 février 2014, et en dehors du requin marteau du 4 mars, six nouvelles captures ont été traitées après alertes par le coordonnateur de CAPREQUINS. Elles ont concerné les spécimens suivants :
 
  • le requin nourrice fauve mâle capturé une première fois le 31 janvier a de nouveau été capturé le 4 mars à 21h40 ; il a été reconnu grâce à la marque « spaghetti » externe qui lui avait été appliquée lors de sa première capture. Cette prise confirme la survie à long terme de l’animal suite à sa première capture et son relâché ; sa longueur totale a été remesurée à 3 mètres ; il a de nouveau été relâché ;
  • un requin tigre mâle de 2,80 mètres, capturé le 7 mars à 3h00, et relâché vivant et bien vif, après marquage acoustique externe ; c’est la première opération de ce type menée sur une « smart drumline » dans le cadre de CAPREQUINS, qui devra permettre d’évaluer l’hypothèse de l’« effarouchement » sur cet animal capturé puis relâché au large de la zone d’étude :
Marquage CAPREQUINS

 

  • une raie guitare d'environ 1,50 mètres, capturée le 18 mars à 17 heures, un animal relâché vivant et bien vif immédiatement après capture grâce à la présence sur zone du pêcheur en charge du renouvellement des appa^ts sur les "smart drumlines";
  • un requin bouledogue de 2,05 mètres, capturé le 19 mars à 20h00 et remonté vivant et bien vif, puis prélevé pour être valorisé dans le cadre du programme de réévaluation du risque sanitaire " Ciguatera 2 " ;
  • une raie pastenague d'environ 80 cm capturée le 19 mars à 22h20 et relâchée vivante et bien vive ;
  • une raie pastenague d'environ 1 mètre, capturée le 25 mars à 21h55 et relâchée vivante et bien vive.
Le taux de survie global après capture sur le " smart drumlines " a ainsi été évaluée à 91%. Sur les 23 animaux capturés, seuls deux requins marteau halicorne ont été retrouvés morts. 

Le CRPMEM et ses partenaires de CAPREQUINS (Squal'idées, Prévention Requin Réunion, KwaZulu Natal Sharks Board et la Ligue réunionnaise de surf) présenteront leurs premiers résultats du programme lors de la Conférence de référence sur l'étude des requins "Sharks International II", à Durban en Afrique du Sud du 2 au 6 juin 2014.