réunion
info locale

Handball : le réunionnais Patrick Cazal s’offre un sacre historique

sport
cazal
Patrick Cazal, entraineur de l'USDK ©USDK
L'entraineur réunionnais de 43 ans a décroché hier le titre de champion de France de handball avec son équipe de Dunkerque, l’USDK. Les joueurs de Cazal avaient fait le plus dur en gagnant à Toulouse ce mercredi. La défaite de Paris à Montpellier hier (36-28) leur a assuré le titre.
Les Dunkerquois sont sur le haut du podium pour la première fois de leur histoire, et chacun s’accorde à dire que c’est en grande partie grâce au talent de Cazal. L'entraîneur de l’USDK, ancien international français et double champion du monde avec les Bleus en 1995 et 2001, a façonné cette équipe pour l'imposer comme l'une des meilleures de l'Hexagone. D’abord joueur au sein de l'équipe nordiste de 2005 à 2008, l'ex-arrière droit réunionnais a contribué comme entraîneur-adjoint en 2011 à la conquête de la Coupe de France, le premier titre de l'histoire de l'USDK.
 
La saison suivante, le natif de Saint-Joseph prend les commandes et fait entrer le club dans une autre dimension, remportant successivement un Trophée des champions (2012) et une Coupe de la Ligue (2013) et participant à une finale européenne (Coupe EHF en 2012). L'an passé, Dunkerque a terminé à la deuxième place de la D1, ce qui lui a permis de découvrir la Ligue des champions cette saison.

Un bloc défensif en béton armé

La défense, c'est l'atout majeur de Dunkerque qui, en la matière, est l'équipe la plus hermétique du championnat (525 buts encaissés). Cette force lui a permis de l'emporter sur les autres grosses cylindrées de la D1, le PSG (deux victoires) et Montpellier (un nul, une victoire). Avec les pivots Mohamed Mokrani etBenjamin Afgour ainsi que le défenseur exclusif Mickaël Grocaut, qui protègentVincent Gérard, l'un des meilleurs portiers de la D1, le club nordiste dispose d'une charnière centrale athlétique ne renonçant jamais dans le combat. Dans ce collectif dénué de vedettes, Gérard, troisième gardien des Bleus, est le joueur le plus connu avec l'ailier Guillaume Joli, doublure de Luc Abalo en équipe de France.

Stabilité et formation

Troisième budget de la D1 avec quelque 4,6 millions d'euros, Dunkerque a fait jusqu'ici la différence avec Montpellier (6,6 M EUR) et le PSG (13,6 M EUR) en misant sur sa formation et la stabilité de son groupe. A l'inverse de ses deux concurrents dont les effectifs ont été chamboulés cette saison, le club nordiste n'a enregistré qu'une seule arrivée (le demi-centre Romain Guillard) pour un seul départ (l'arrière norvégien Christoffer Rambo), ce dernier en cours de saison.
 
L'équipe du Nord-Pas-de-Calais a su aussi faire éclore de nouveaux talents comme l'arrière Erwan Siakam, l'ailier Baptiste Butto ainsi que Benjamin Afgour, qui a connu sa première sélection cette année en équipe de France. Pour franchir encore un cap la saison prochaine, le club devra se renforcer. Les dirigeants nordistes ont préparé l'avenir en engageant l'arrière monténégrin Zarko Pejovic qui devrait compenser le départ la saison prochaine du Norvégien Espen Lie Hansen en Bundesliga.
Publicité