Plaine-des-Cafres : la mère de deux enfants mise en examen pour pédophilie

faits divers
Tribunal de Saint-Pierre
©Réunion 1ère
La semaine dernière, une femme de trente ans, domiciliée à la Plaines-des-Cafres a été incarcérée. Elle a été mise en examen pour agression sexuelle et corruption de mineurs. Elle aurait obligé ses enfants à regarder des films X et à assister à ses ébats.
L’affaire est mise au jour, mercredi dernier, par une perquisition au domicile de la suspecte à la Plaine-des-Cafres. Selon le journal Le Quotidien, l’enquête a débuté après la plainte pour enlèvement du foyer de Terre-Sainte à Saint-Pierre. Les deux enfants mineurs, de la trentenaire, y avaient été placés, en Janvier 2014, par une décision de justice. L’assistante sociale soupçonnait, déjà, des mauvais traitements, mais en ignorait la nature.

L’enquête précipite les événements. Les militaires découvrent, les deux disparus et un petit garçon du foyer, cachés dans un placard de cette case de la Plaine-des-Cafres. Ils ont été enlevés par la mère, aidée de deux de ses amants. Ils vivaient depuis dans cette maison des hauts de l’île sans sortir. Ce calvaire aurait pu durer des mois sans l’intervention des forces de l’ordre. Longuement interrogées, les petites victimes ont expliqué qu’elles devaient regarder des films pornographiques et assister aux parties fines de leurs kidnappeurs.
 
Les amants complices et bourreaux
 
Selon, les premiers éléments de l’enquête, les petites victimes libérées étaient saoulées. Sous l’emprise des boissons, elles assistaient aux jeux scabreux des adultes. Les enquêteurs et le juge soupçonnent la mère et ses complices d’avoir imposé des relations ou des attouchements aux enfants.
 
Les deux hommes sont activement recherchés. La mère, auteur principal dans cette affaire sordide, a été mise en examen pour soustraction d’enfants, agressions sexuelles, violences sur mineurs et corruption de mineurs. Le dossier devrait s’épaissir dans les prochains jours. D’autres enfants devraient être identifiés par les enquêteurs, maintenant que les langues se délient. Selon, les premières investigations des gendarmes les actes déplacés de la mise en cause ne se sont pas limités à ses propres enfants.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live