publicité

Saint-Denis : fratricide dans le Bas-de-la-Rivière sur fond de « batay coq »

Patrick Fanio, 47 ans, a été tué hier en début de nuit, par son frère Nicolas Espel, 39 ans. L’auteur présumé de ce crime lui aurait tiré dans le dos avec un fusil de chasse après une dispute au sujet d’une clôture. Le tireur a été interpellé et placé en garde à vue.

C'est dans ces cases en bois sous tôles que vivaient Patrick Fanio, 47 ans, la victime, et son frère, Nicolas Espel, 39 ans. le meurtrier présumé. C'est là, que le drame a eu lieu, lundi vers 18 heures. © Gilbert Hoair (Réunion 1ère)
© Gilbert Hoair (Réunion 1ère) C'est dans ces cases en bois sous tôles que vivaient Patrick Fanio, 47 ans, la victime, et son frère, Nicolas Espel, 39 ans. le meurtrier présumé. C'est là, que le drame a eu lieu, lundi vers 18 heures.
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le , mis à jour le
Deux frères passionnés par les « batay coq » installés dans le Bas-de-la-Rivière à Saint-Denis se disputent au sujet des clôtures qui délimitent leurs terrains. Patrick Fanio, 47 ans et Nicolas Espel, 39 ans, sont installés, de l’autre côté de la passerelle qui enjambe la rivière Saint-Denis, sur la rive Ouest où ils élèvent des volailles et des cabris. Très rapidement, la discussion entre les deux éleveurs dégénère. Les paroles cèdent la place aux coups. Nicolas Espel rentre dans sa case prend son fusil, ressort et tire dans le dos de son aîné.
 
Interpellé à côté de l’église
 
Voisins et riverains ont entendu la déflagration et voient Nicolas traverser le petit pont en courant. Inquiets, ils se dirigent vers les cases des frères et découvrent Patrick étendu sur le sol. Les sapeurs-pompiers et les médecins des urgences vont tenter en vain de ranimer le malheureux dont le décès est constaté à 20 heures.
Nicolas Espel est interpellé par les policiers de Saint-Denis sans résistance à proximité de l’église de la Délivrance située à un kilomètre du lieu de son crime. Il a été placé en garde à vue dans les locaux de la brigade criminelle du commissariat Malartic où les inspecteurs l’interrogent pour comprendre les raisons de son geste.

En images avec Jean-Regis Ramsamy, Rodolfo Ozan et Christian Krans
HOMICIDE BAS DE LA RIVIERE

 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play