réunion
info locale

Le Port : un livreur de pizza victime d’un guet-apens

faits divers
Guet-apens au Port
Le guet-apens était organisé rue Frédéric-Jackson, juste devant Mauvillac, dans la zone industrielle, située à 400 mètres du commissariat du Port ©Google Maps
Un livreur de pizza de 21 ans, a été victime d’un guet-apens, samedi à 21h30 au Port. Les agresseurs avaient passé une commandé pour piéger la victime. A peine arrivé, l'un des deux hommes a tiré. La cible, de cette agression, n'a été que légèrement blessée.
Samedi soir, 21h30, un homme commande une pizza au téléphone. Rien de surprenant, il est au bon numéro. Cependant, le client, censé être vigile chez Mauvillac dans la zone industrielle du Port, veut être livré par un livreur de cette société et personne d’autre.
Une fois les faits révélés, ce détail aurait dû alerter l’interlocutrice. Par ailleurs, l’homme justifie son empressement à raccrocher, et donc à ne pas donner son numéro de GSM, en expliquant qu’il n’a plus de batterie.  
 
Il tire à bout portant
 
C’est pour une livraison comme une autre, relate le Journal de l’île, que le livreur monte sur sa mobylette, pour prendre la direction de la rue Frédéric-Jackson. Certes, la destination est au cœur de la zone située derrière le port-ouest, mais souvent des vigiles de ces entreprises s’offrent une pizza en début de soirée.
Malheureusement cette fois, cette commande est un prétexte. Il vient de descendre de son deux-roues et appelle à la cantonade pour signaler son arrivée quand deux hommes sortent de la nuit pour lui faire face. Sans dire un mot, l’un d’eux s’approche et tire.
 
Une pizza et 200 Euros
 
Heureusement seulement blessé au bras gauche, le livreur parvient à se réfugier au commissariat, situé à 400 mètres du lieu de l’agression. Là, il raconte sa mésaventure avant d’être évacué à l’hôpital de Saint-Paul. Le tireur et son complice ont pris la fuite sur le deux-roues emportant la pizza et le font de caisse de leur victime (environ 200 Euros).
Si le véhicule a immédiatement été retrouvé par les forces de l’ordre, en revanche, les policiers sont à la recherche des responsables du guet-apens.