Les additifs pour le béton de la nouvelle route du littoral sont à La Réunion

travaux publics
Aditifs
©Hubert Debeux (Réunion 1ère)
C’est le chantier du siècle ! La construction de la future route du littoral est un défi. Les piles du pont reliant l’Ouest au Nord seront construites en mer sous l’eau. Un bateau vient de livrer les additifs pour fabriquer le béton.
Comme pour un puzzle, les pièces destinées à la construction de la nouvelle route du littoral se mettent en place. Les automobilistes qui empruntent quotidiennement l’ancienne liaison voient surgir un pont, une déviation au Sud, puis une au Nord.
Au fil des jours, les camions chargés de roches volumineuses circulent de plus en plus loin sur l’eau.

Les tenants du projet affirment que le chantier est définitivement lancé, quand les opposants sont persuadés de pouvoir faire marche arrière.
La livraison d’un cargo d’additifs vient d’arriver à La Réunion ce lundi 6 Octobre 2014, renforçant les certitudes des défenseurs du nouvel axe Nord-Ouest.

L’eau de mer étudiée

La grande majorité, des usagers de la route, s’interroge sur la solidité du futur ouvrage d’art. Cette trois fois deux voies (Ndlr : quatre pour les automobilistes et deux pour les bus) va enjamber l’océan Indien à deux reprises. Ce viaduc géant aura les pieds dans l’eau. Cette première difficulté n’est pas un obstacle selon les spécialistes du béton. Contrairement à une idée reçue, cette matière peut prendre sous l’eau sans la moindre difficulté. La qualité du béton et de sa composition répondent aux pathologies engendrées par l’eau de mer. Sa composition en sel et en gaz est très précisément étudiée avant le lancement du chantier.  

En fait, selon les spécialistes, le problème réside essentiellement dans la qualité de sa mise en œuvre.
L’ultime inquiétude des Réunionnais vient du ciel. Cette masse artificielle sera-t-elle assez solide pour résister aux cyclones ? A leurs vents surpuissants et à leurs houles dévastatrices.

Reportage : Jean-Régis Ramsamy et Thierry Chapuis

 

Un matériau qui n'existe pas à La Réunion !
GTOI mandataire du marché MT5-1 et MT5-2 juge nécessaire d’apporter des précisions sur la cargaison d’agrégats arrivée au Port de La Réunion et déchargée ce jour.

Le marché de la route Digue comporte la fabrication et l’installation d’acropodes. 2200 d’entre eux, soit environ 6%, sont des acropodes « densifiés », fabriqués avec un béton dont la masse volumique est bien plus importante.
Afin de pouvoir se conformer à cette exigence technique le béton de ces acropodes doit être fabriqué avec des agrégats ayant une masse volumique de 4 700 Kg/m3 alors que la plupart des roches (y compris à La Réunion) ont une densité de 2 500 Kg/m3.
Le matériau convenant à cette application spécifique est la Magnétite, un minerai rare et n’existant pas à la Réunion. Aucune variante technique avec des matériaux locaux n’est possible.
Le navire en cours de déchargement au Port amène donc uniquement les matériaux nécessaires à cette application très spécifique.
La totalité de la quantité nécessaire au marché est livrée avec cette unique cargaison.