publicité

Les crédits du service militaire adapté seront rétablis

Le gouvernement réintégrera les 10 millions d'euros retirés au service militaire adapté (SMA) lors de l'examen du budget au Sénat, vendredi, par le biais d'un amendement de Didier Robert. c'est ce qu'a affirmé l'entourage de George Pau-Langevin.

George Pau-Langevin © Assemblée nationale
© Assemblée nationale George Pau-Langevin
  • Réunion 1ère avec AFP
  • Publié le
Didier Robert, également président du conseil régional de la Réunion et candidat à sa réélection, a proposé le retrait de ces 10 millions au SMA pour les attribuer au dispositif d'aide à l'achat de billets d'avion dans le cadre de la continuité territoriale, que la ministre des outre-mer a choisi de recentrer sur les jeunes partant faire leurs études dans l'Hexagone ou pour les personnes partant en formation professionnelle.

Cette décision a été prise au vu de "l'explosion"(+50% en 4 ans) de ce dispositif généreux et qui venait entraver le financement d'autres priorités du ministère en ces temps de disette budgétaire, selon le ministère.

Or ce sujet est extrêmement sensible à La Réunion où cette aide à la mobilité a bénéficié à 350.000 personnes ces 4 dernières années. L'annonce d'une restriction des critères a provoqué localement une levée de bouclier, surtout chez les élus de droite, M. Robert en tête.

Qualifiant cet amendement d'"anti-SMA", Mme Pau-Langevin a rappelé "la priorité du gouvernement à la jeunesse". Le budget en hausse du SMA pour 2015 doit permettre d'atteindre en 2017 l'objectif d'un rythme annuel de 6.000 jeunes décrocheurs formés au travers de cet encadrement militaire. 
La Fédération des entreprises d'outre-mer (Fedom) a apporté mercredi son soutien, souhaitant par la voix de son président Jean-Pierre Philibert que l'Assemblée "rétablisse la dotation au SMA" dont il reconnaît "le rôle fondamental et unique (...) dans la formation et l'insertion des jeunes ultramarins les moins favorisés".

C'est "un dispositif unique et exceptionnel, que l'Hexagone devrait importer, et nous devons, tous, chefs d'entreprise mais aussi élus, les soutenir et les aider dans leur mission", a souligné M. Philibert. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play