Sécurité routière en 2014 : Le nombre de tués augmente de 25% à La Réunion. De 5% au niveau national

accident de la route
Accident Butor
©Réunion 1ère (Henry-Claude Elma)
L'année 2014 n'est pas encore terminée qu'elle s'annonce déjà comme une année noire pour la sécurité routière à La Réunion. La hausse du nombre de tués sur nos routes dépasse les 25%, contre 5% au niveau national.
"Les chiffres ne sont pas bons", prévient Bernard Cazeneuve ,le ministre de l'Intérieur. A la lumière des dernières données de la Sécurité routière, il a annoncé, sur BFMTV, que 2014 devrait se terminer par une augmentation du nombre de morts sur les routes de l'ordre de 5% sur l'année. La Réunion va dépasser de très loin cette moyenne nationale. En tenant compte du piéton tué ce samedi par un scootériste, et si les chiffres ne bougent plus d'ici la fin d'année, la hausse sera de plus de 25%...

Des chiffres 2014 calamiteux après des années de baisse

En 2001, La Réunion avait compté 112 morts dans des accidents de la route. Depuis 13 ans, le nombre de tués n'avait pas cessé de décroître: 96 en 2002, 78 en 2003... Malgré un palier autour de 70 décès observé entre 2004 et 2007, la courbe du nombre des tués était clairement orientée à la baisse, pour atteindre un plus bas historique l'an passé, avec "seulement" 39 tués.
Stats secu routiere La Réunion 2004-2013

Le mois de décembre 2014 aura été particulièrement terrible. Marqué par entre autres par l'accident du Moufia et ses 5 victimes, puis par celui du motocyclite Saint-Andréen à Saint-Denis, et enfin par l'accident du Cap Lahoussaye hier. Avec 12 victimes décédées, décembre 2014 est a minima le mois de décembre le plus mauvais de ces 6 dernières années (Les baromètres mensuels disponibles en ligne remontent à 2008).
Depuis 2008, le pire bilan mensuel de décembre avait été enregistré en 2009 avec 6 morts. 

"Un panel de mesures" annoncées en janvier

Si La Réunion se distingue de manière très négative, la moyenne nationale de +5% est alarmante. Pour lutter contre ces mauvais chiffres, le ministre de l'intérieur estime nécessaire de "prendre un panel de mesures qui seront annoncées en janvier". "Il faut être beaucoup plus dur" et "sévère" avec "ceux qui mettent la vie d'autrui en danger", mais il faut "faire aussi de la prévention", estime-t-il.
 
Le locataire de la place Beauvau n'a pas détaillé les mesures prévues, mais il a promis une augmentation du nombre de nouveaux tests salivaires de détection de drogues "avec des résultats plus rapides", des opérations des forces de l'ordre sur les axes accidentogènes ou des "contrôles plus systématiques".