réunion
info locale

Contrôles sanitaires : 22 tonnes de denrées saisies

société
Abattoir clandestin
©France-Bleu
12 fermetures administratives, 19 procès-verbaux dressés et 22 tonnes denrées animales saisies. C’est le bilan effrayant des contrôles effectués par les directions de l’agriculture et de la consommation en fin d’années.
Communiqué
 
Le bilan, de l'opération des fêtes de fin d'année, dressé par les services de la direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DAAF) et de la direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIECCTE) de La Réunion effectué du 1er décembre 2014 au 9 janvier 2015 est parlant.
Ces contrôles ont concerné des restaurants, enseignes de métiers de bouche, snacks, stands de restauration sur les foires ainsi que des grandes et moyennes surfaces sur l'ensemble de l'île. Les services ont procédé durant cette période à 71 opérations dont certaines ont été menées de manière conjointe.
 
Des abattages clandestins
 
Les 31 contrôles ciblés réalisés par la DAAF ont conduit à la prise en urgence de 12 arrêtés préfectoraux de fermeture administrative partielle ou complète, l'établissement de 19 procès-verbaux ainsi qu'à la saisie vétérinaire de 22 tonnes de denrées animales ou d'origine animale non-conformes dont 20 tonnes lors d'une même opération. Enfin, ces contrôles ont permis la mise en évidence d'activités clandestines d'abattage ou de fabrication d'aliments exercées dans des conditions d'insalubrité et pour lesquelles les suites et sanctions appropriées ont été prises.
 
49 intoxications alimentaires en 2014
 
Dans le même temps, les 40 contrôles en matière sanitaire effectués par la DIECCTE, l’ont amené à établir 4 mesures de sanctions administratives et 9 avertissements.
Durant cette période, plusieurs intoxications alimentaires ont également été constatées, certaines d'entre elles ayant pour origine la présence d'histamine dans des préparations à base de poissons crus de type tartare. Ainsi en 2014, parmi les 49 toxi-infections alimentaires collectives officiellement recensées à La Réunion, environ 40 % avait pour origine la présence d'histamine. Des dispositions complémentaires seront prochainement définies pour réduire ce risque.
Publicité