Donner son sang pour "arrondir les fins de mois", bientôt possible ?

société
don du sang
Depuis lundi, l'Etablissement français du sang ne bénéficie plus du monopole du don du sang. Conséquences : les dons de sang, obligatoirement gratuits jusqu'ici,  pourraient bientôt être rémunérés...
Depuis lundi 2 février, l'EFS ne bénéficie plus du monopole du don du sang. Un bouleversement économique qui ébranle le modèle gratuit français, pourtant promu par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

A la fin janvier, des dizaines de salariés de l'EFS ont manifesté devant le ministère de la Santé, pour dénoncer une "marchandisation du sang", tandis que la ministre Marisol Touraine assure que "le don éthique est garanti"

Pourquoi le don de sang est-il gratuit en France ?

L'EFS s'accroche à la gratuité des dons de sang, que permet son monopole, au nom de la sécurité et de l'éthique. 

La sécurité des donneurs et des malades. Contrairement à d'autres pays, le don du sang est totalement bénévole en France, qu'il s'agisse de don total ou partiel (plasma, plaquettes). Pour l'EFS, ce système fondé sur le volontariat, "la générosité" et "la solidarité", garantit la sécurité des donneurs et des receveurs. "Ce donneur est bien plus enclin à communiquer au médecin de l'EFS des informations sincères et complètes sur sa santé. Cela contribue à garantir sa sécurité et celle du malade qui recevra les globules rouges, le plasma ou les plaquettes issues de son don", explique l'EFS sur son site.

Une volonté éthique. En outre, si le don est bénévole, l'EFS, qui prélève, traite et distribue le sang ne réalise pas de profit. Son monopole tient la filière du sang à l'écart des lois du marché. "Le don de sang ne peut, en effet, ni être affecté à un malade précis, ni être vendu avec profit. Le tarif d'une poche de sang est fixé par arrêté ministériel sur la base des seuls coûts de revient", précise l'EFS.

Qu'est-ce qui menace ce système ?

En perdant son monopole, l'EFS se retrouve confronté à des concurrents du secteur privé, nettement plus compétitifs.

Son coût. "Les recommandations de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) et l'Inspection générale des finances (IGF), qui nous ont auditionnés, sont de confier la collecte du plasma à un industriel", car "la tutelle estime que nous sommes trop chers, déplore Daniel Bloom, représentant CFE-CGC. Or, nous respectons tout un processus de sécurité sanitaire." Sans compter les dépenses de communication et l'organisation des campagnes de prélèvements. Au final, "le sang gratuit coûte plus cher à l'EFS que le sang rémunéré", résume Marie-Angèle Hermitte, directrice d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), pour Le Monde.

La concurrence des laboratoires privés. A la suite d'une décision du Conseil d'Etat de juillet 2014, la concurrence peut désormais commercialiser en France un type de plasma thérapeutique, dit "SD", dès lors que sa production inclut un procédé industriel. Ce produit est, en effet, considéré comme un médicament, soumis à la libre circulation des marchandises, et non plus comme un "produit sanguin labile", monopole de l'EFS. Cette décision, fondée sur la réglementation européenne, ouvre une brèche dans ce monopole. Elle fait suite à la requête de la société Octapharma France, du groupe suisse Octopharma, qui souhaitait obtenir une autorisation de mise sur le marché pour son produit "Octaplas", un "plasma SD".

La loi Macron. Le laboratoire français du fractionnement et des biotechnologies (LFB), chargé de fabriquer les médicaments dérivés du sang, constitue une autre menace. Aujourd'hui, il ne peut se fournir qu'auprès de l'EFS, ce qui lui coûte plus cher que de se fournir à l'étranger, où les normes sont moins strictes. Le LFB réclame, lui aussi, le droit de réaliser des prélèvements de plasma en France. Or,"la loi Macron prévoit d'ouvrir le capital de cette société anonyme [mais appartenant à 100% à l'Etat] à des capitaux privés", explique Régine Basty, déléguée centrale CFDT.

Qu'est-ce que cela changerait concrètement ?

La sécurité en question. L'EFS redoute une double dérive, si le don du sang devait devenir payant. D'abord, les donneurs pourraient être tentés de dissimuler leur véritable état de santé, dans le but d'être payé. Ils pourraient également être tentés de donner trop ou trop souvent, au risque de mettre en danger leur propre santé. Or, le laboratoire Octapharma fait déjà appel à des donneurs rémunérés, et il est beaucoup plus compliqué de s'assurer du respect des normes françaises strictes dans une société privée suisse.

Des emplois menacés à l'EFS ? L'Etablissement emploie aujourd'hui 9 800 salariés. Mais les syndicats redoutent la suppression de 500 à 1 200 emplois dès 2016.