Bulletin de santé du Piton de la Fournaise : le risque d'éruption reste "grand"

volcan
Volcan : Piton de la Fournaise
©Réunion 1ère
"la survenance d’une crise sismique suivie d’une crise éruptive est grande" confirme l'observatoire du Piton de la Fournaise. 
Voici le Bulletin d'activité du jeudi 30 avril à la mi-journée publié par l'observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise:
 
Bilan d’activité – faits marquants les 29 avril et 30 avril (début de journée)
Sismicité
L’OVPF a enregistré 97 séismes volcano-tectoniques pour les journées des 29 et 30 avril (entre 0h00 TU le 29 et 7h00 TU le 30 soit de 4h00 locale à 11h00 locale) :
72 séismes volcano-tectoniques superficiels. A noter qu’à partir de 10H TU (14 H locale) le nombre de séismes superficiels a diminué en nombre. Depuis 23H TU (3H locale) aucun séisme sommital n’a été enregistré.
26 séismes profonds dont 1 seul le 30
Activité sismique observée entre le 29 et le 30 avril 2015(OVPF/IPGP)
Sur le plan de la sismologie, la tendance est clairement à la diminution de l’activité. Cependant, une telle accalmi n’est aucunement significative de la fin de l’activité observée depuis le 16 avril.
Les cas de variations du niveau d’activité (accélération/décélération) dans les signaux sismiques précurseurs à l’approche d’une éruption ont été observés à de multiples reprises depuis la création de l'OVPF en 1980.
 
Mesures de déformation
Les mesures de déformation sont en cohérence avec la tendance observée au cours des jours précédents tant à la base du cône sommital (a environ 2000 m d’altitude = fond de l'enclos Fouqué) qu’au sommet du Piton de la Fournaise. Le système subit toujours une mise en pression. Les modèles localisent le centre de cette surpression vers 800 m au-dessus du niveau de la mer, à l’aplomb du sommet.
 
Mesures des gaz magmatiques
Les mesures de gaz magmatiques sont également en cohérence avec la tendance observée les jours précédents :
les flux de CO2 par le sol sur la zone de rift N120 ainsi qu'au niveau de la zone centrale restent élevés, bien au dessus des valeurs de "normalité"
au niveau des fumerolles sommitales sur 48h, les excès de CO2 sur l'atmosphère (apport volcanique) sont entre 9 et 50 fois supérieurs aux valeurs observées lors des phases de sans activité et ceux des espèces soufrées (H2S et SO2) entre 3 et 4 fois supérieurs aux valeurs observés lors des phases de sans activité.
Les faibles flux de SO2 par rapport au CO2 suggérent que le magma se situe encore relativement profond, probablement proche du niveau de la mer. Ceci est cohérent avec les localisations des séismes volcano-tectoniques enregistrés hier (entre -2km et + 500m d'altitude).
 
Conclusion
Au regard des signaux enregistrés et de l’expérience tirée de l’observation par l’OVPF du Piton de la Fournaise, nous pouvons conclure que nous sommes dans un contexte très sensible où la probabilité de la survenance d’une crise sismique suivie d’une crise éruptive est grande.