publicité

Piton de la Fournaise : les émanations de gaz sous surveillance

Les mesures relevées à Bourg Murat et à Grand Coude laissent apparaître une pollution nocturne ponctuelle au dioxyde de soufre inférieure au déclenchement du seuil d'alerte, rapidement dissipée.

A l'intérieur du cratère © Reuniopn1ere
© Reuniopn1ere A l'intérieur du cratère
  • Réunion 1ère
  • Publié le , mis à jour le
Communiqué de La Préfecture

Des émanations de gaz causées par l’éruption volcanique en cours sont détectées depuis le début de la semaine, par les stations de mesure de l’observatoire réunionnais de l’air (ORA), situées à Bourg Murat (commune du Tampon), à Grand Coude (commune de Saint-Joseph) et au Maïdo.
 
Les mesures relevées hier à Bourg Murat et à Grand Coude laissaient apparaître une pollution nocturne ponctuelle au dioxyde de soufre inférieure au déclenchement du seuil d'alerte, rapidement dissipée.
 
Cependant, suite aux conditions météorologiques nocturnes et à la diffusion du panache en direction du Nord-Ouest, les stations de Bourg Murat et du Maïdo relèvent depuis cette nuit des concentrations de dioxyde de soufre au delà du seuil d'alerte fixé à un taux de 500 μg/m3/h pendant plus de 3 heures.
 
Le dioxyde de soufre (SO2) détecté est un gaz irritant des voies respiratoires. Il peut entraîner chez les personnes vulnérables*, en cas de concentration importante, des manifestations physiques telles qu'une toux, une exacerbation d’asthme, une baisse de la capacité respiratoire ou une irritation.
 
Toutefois à ce jour, la surveillance sanitaire n’a pas montré d’augmentation des consultations médicales en lien avec cet événement.
 
Dans ce contexte, il est recommandé à titre préventif :

- aux personnes vulnérables de :
  • limiter les activités physiques et sportives intenses ;
  • veiller à ne pas aggraver les effets de cette pollution par d'autres facteurs irritants, telle que l'exposition à des solvants ou peintures sans protection appropriée ou à des fumées ;
- aux personnes sous traitement préventif ou curatif à visée respiratoire de :
  • suivre strictement leur traitement ou de l'adapter sur avis du médecin ;
  • consulter son médecin si une gêne respiratoire inhabituelle apparaît.
D’une façon générale, il est déconseillé aux personnes vulnérables* de se rendre aux abords du volcan sans avoir pris au préalable l’avis de leur médecin traitant.
 
*Les personnes vulnérables sont : femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play