publicité

La 5ème session d’assises débute par un dossier de torture et d’acte de barbarie.

Yohann Ragou est accusé  de violences et de séquestration sur son amie et leurs 2 bébés. Les faits se sont déroulés à Bras de Pontho au Tampon.

© Philippe Hoareau (Réunion 1ère)
© Philippe Hoareau (Réunion 1ère)
  • Nadine Bachelot
  • Publié le
Dans la nuit du 13 au 14 septembre 2013,  Marine Bègue et ses 2 enfants en bas âge vont vivre de longues heures d’horreur. Son ancien compagnon, Yohann Ragou, alors âgé de 26 ans, lui aurait jeté au visage une marmite d’huile bouillante. Les éclaboussures ont également touché les 2 fillettes de 2 ans et 7 mois. Cet acte est en fait le point culminant des violences à répétition subies par la jeune mère de famille depuis des années.
 
Mais la barbarie ne s’arrête pas là. Selon la jeune femme, âgée de 18 ans à l’époque, Yohann Ragou les aurait enfermées à clef pour les empêcher de sortir. Ce n’est qu’au petit matin, quand l’homme est endormi, que Marine Bègue pourra enfin sauter du balcon pour s’enfuir malgré ses graves brûlures. L'homme nie les faits. Son argument de défense : il voulait juste la menacer mais la poêle lui aurait échappé des mains. Il faudra maintenant qu’il s’explique sur les motivations de son geste. Devant les jurés de la Cour d'Assises, il a 2 jours pour le faire. Yohann Ragou encourt la réclusion criminelle à perpétuité.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play