publicité

Filière djihadiste présumée : Houssen Amode s’exprime

Le président du Conseil Régional du Culte Musulman de La Réunion a tenu, pour la première fois depuis l’arrestation de 5 personnes mardi 2 juin, à s’exprimer pour la première fois, ce mercredi matin.

© Réunion1ère
© Réunion1ère
  • Réunion 1ère
  • Publié le , mis à jour le
C’est dans le respect de la procédure et de la présomption d’innocence que Houssen Amode s’est adressé à ces coreligionnaires mais aussi aux médias. Une procédure qu’il se devait de respecter pour enfin prendre la parole. Désormais, 4 des 5 personnes interpellées ont été remises en liberté, certaines sous contrôle judiciaire, et le principal suspect a été transféré dimanche soir dernier à Paris et mis en examen pour association de malfaiteurs.
 
« Une atteinte à la cohésion de notre société »
 
Le représentant de la communauté musulmane à la Réunion a ainsi tenu à rassurer et à conforter la position adoptée depuis de nombreuses années. « Au sein de la communauté musulmane, je pense qu’il y a de la consternation parce que nous sommes la démonstration même d’un islam qui est vécu paisiblement, d’une communauté bien intégrée, qui a des acquis, qui fonctionne avec les institutions », a-t-il expliqué ce midi sur le plateau du journal télévisé de Réunion 1ère. D’une manière générale, il estime que cette affaire est « une mauvaise publicité qui est faite pour notre île », une « atteinte à la cohésion de notre société et de notre vivre-ensemble ».
 
Une radicalisation sur internet et sans contrôle
 
S’il n’a eu connaissance de la radicalisation du principal suspect dans cette affaire, il n’y a qu’à peu près un an, à travers ses propos notamment, rien ne pouvait laisser supposer de tels faits. Le jeune homme, sous surveillance depuis très longtemps déjà, s’était éloigné des structures traditionnelles et se serait radicalisé par le biais d’Internet principalement.
Aujourd’hui, la communauté musulmane se dit démunie face à ce phénomène. Selon Iqbal Ingar, le président de la Grande Mosquée de Saint-Denis, ceux qui se radicalisent sont souvent en désaccord total avec le discours et l’enseignement dispensés dans les mosquée et les medersas. « Ce qui se fait en dehors, nous n’avons pas la main dessus », explique-t-il, reconnaissant un manque de structure spécifique dédiée à la formation des nouveaux convertis notamment. 
 
 
Houssen Amode, le président du Conseil Régional du Culte Musulman de la Réunion était l’invité de Pascal Souprayen dans le journal télévisé de 12h30.
Voici son intervention en image.
Houssen Amode
Président du Conseil Régional du Culte Musulman

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play