Accident mortel d’ULM au Maïdo : l’épave de l’appareil récupérée, la thèse de l'erreur de pilotage est privilégiée

accidents
Un ULM s’est écrasé au Maïdo avec deux personnes à bord, dimanche 10 octobre.
Un ULM s’est écrasé au Maïdo avec deux personnes à bord, dimanche 10 octobre. ©Réunion La 1ère
L’épave de l’ULM, qui s’est écrasé au Maïdo, a été récupérée ce jeudi 14 octobre. Un enquêteur du BEA est arrivé de métropole pour deux jours. L’accident a fait deux morts, dimanche dernier. La thèse de l'erreur de pilotage est aujourd'hui privilégiée.

La carcasse de l’appareil permettra peut-être d’en savoir davantage sur cet accident mortel d’ULM dimanche dernier, au Maïdo. Un ULM avec deux personnes à bord s’est écrasé dans la falaise du Maïdo. Le pilote, et son passager, un jeune touriste, sont décédés dans l’accident. La thèse de l'erreur de pilotage est aujourd'hui privilégiée.

Analyse de l’épave de l’ULM

Ce jeudi 14 octobre, l’épave de l’ULM a été récupérée. Elle a pu être hélitreuillée et évacuée des remparts du massif. Elle va ensuite être transportée à la base de la compagnie « Félix ULM » pour être analyser.

Regardez les précisions de Réunion La 1ère : 

Accident d’ULM au Maïdo : l’épave de l’appareil récupérée, un enquêteur du BEA est à La Réunion

 

Un enquêteur du Bureau Enquête Analyse

Par ailleurs, un enquêteur du BEA, le Bureau Enquête Analyse est arrivé de métropole pour deux jours à La Réunion. Il doit permettre d’aider les autres enquêteurs à comprendre les circonstances de cet accident.

"Une fois que nous aurons collecter l'ensemble des éléments, nous ouvrirons les portes des hypothèses pour restreindre les pistes au fur et à mesure", assure Erwann Randé, enquêteur de la sécurité au Bureau Enquête Analyse.

La thèse de l'erreur de pilotage privilégiée

A cette heure, la thèse de l'erreur de pilotage est privilégiée par les autorités.

Dimanche dernier, quatre ULM survolaient ensemble la zone du Maïdo lorsque l’un d’entre eux est venu heurter le massif. Les autres pilotes ne comprennent toujours pas ce qui a pu se passer. Selon eux, l’aérologie était belle, la météo aussi. Le pilote effectuait même son deuxième vol de la matinée, et aucun incident n’était venu perturbé la première sortie.

Un pilote chevronné

D’origine italienne, Koneg Novena, était expérimenté et vivait dans l’île depuis plusieurs années. Formé chez "Félix ULM", il avait plus de 1 400 heures de vol au compteur et réalisait des vols touristiques. Koneg Novena était propriétaire de son appareil et prestataire de services pour diverses entreprises de vol en ULM.