publicité

L'actu dans la région : les ministères malgaches débordent de véhicules neufs

Les plaques minéralogiques rouges sur les véhicules administratifs mettent en lumière les dépenses de l'Etat au profit des hauts fonctionnaires. L'argent kényan caché dans les banques de Maurice va être rapatrié. 18 gardes à vue dont trois politiciens aux Comores. 

© lexpressdemada.com
© lexpressdemada.com
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le , mis à jour le
Les parkings des ministères malgaches sont désormais surnommés, le Salon de l'auto. Un sobriquet trouvé par les habitants pour dénoncer le nombre de voitures neuves stationnées devant les administrations. Des voitures achetées par l'Etat avec l'argent public et, désormais, facilement reconnaissables depuis la mise en place de plaques d'immatriculation rouges. 
Le site lexpressmada.com souligne le sentiment général : "C'est le contraste entre le train de vie de l'Etat et la pauvreté du pays."
Le journal poursuit en rappelant que les forces de l'ordre se plaignent de l'état de délabrement du matériel roulant qui les oblige à prendre leurs propres véhicules pour intervenir.
De son côté, le gouvernement a expliqué que la mise en place des plaques rouges permettait une réelle transparence quant à l'utilisation des fonds.

Maurice : l'argent kényan caché dans les banques va repartir 

L'île Maurice qui vient de renforcer le secret bancaire en durcissant la législation sur la divulgation d'informations renfermées sur les comptes et sur l'identité des clients va ouvrir les coffres des Kényans pour rapatrier les fonds vers leur pays d'origine. Il est question de milliards de shillings qui seraient cachés sur les comptes offshore mauricien nous apprend défimedia.info. Le gouvernement mauricien aurait accepté afin d'améliorer le commerce bilatéral entre les deux pays selon le Standard Digital

Comores : 18 gardes à vue dont trois élus de l'opposition

L'agression violente d'un gendarme à Moroni, le soir du référendum, a abouti en fin de semaine dernière à l'arrestation de 18 personnes dont trois élus du parti Juwa. Selon Mohamed Abdou, procureur de la République des Comores, les suspects auraient prémédité ce crime afin de "stopper le vote." Il affirme que le plan a été mis au point et étudié la veille au Quartier général du parti nous apprend le site alwatwan.net.
La victime, qui eu la main tranchée, a été évacuée vers l'île Maurice.
Entre fait-divers et règlement de compte politique, cette affaire n'est pas faite pour apaiser les tensions sur l'archipel.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play