Aides européennes : les éleveurs réunionnais réclament le soutien de Paris

agriculture
Les éleveurs réunionnais réclament le soutien de Paris dans les négociations européennes PAC
"On nous demande de produire plus, donc on a besoin que l'enveloppe soit augmentée", défend Alain Dambreville, le président de la fédération réunionnaise des coopératives agricoles. ©Daniel Bénard

S’ils sont satisfaits du maintien des aides européennes du POSEI, les éleveurs réunionnais déplorent l'absence de soutien de Paris devant les instances européennes, dans le cadre des prochaines négociations de la PAC qui doivent débuter ce jeudi 29 avril. Ils réclament une augmentation des aides.

Les éleveurs de La Réunion sont en colère et le font savoir. Ils estiment avoir été "oubliés par Paris dans les négociations européennes". Toutes les filières présentes dans le département entendent peser de tout leur poids dans les discussions qui se tiendront les jeudi 29 et vendredi 30 avril au sujet des aides européennes du POSEI, à Bruxelles.

Depuis La Réunion, leurs représentants espèrent se faire entendre de "Paris", comprenez du gouvernement, afin que leurs intérêts soient défendus dans le cadre de ces prochaines négociations de la PAC, la Politique agricole commune.

vaches laitières
©Sicalait

Plus d'aides pour plus de production

Ils étaient tous rassemblés sur une exploitation de l’Entre-Deux ce mercredi en début d’après-midi : Avipole, la Coopérative des Fermiers du Sud, la Coopérative des Producteurs de lapins (CPLR), la Coopérative des Producteurs de Porcs de La Réunion (CPPR), la SICAREVIA, la SICALAIT, et enfin la Fédération Réunionnaise des Coopératives Agricoles (FRCA).

Et s’ils sont tous satisfaits de l’accord trouvé avec l’Europe au sujet du maintien des aides européennes du POSEI pour la période 2021-2022, les éleveurs péï s’inquiètent que la France ne soutiennent pas leurs demandes s’agissant de l’augmentation du RSA, le Régime spécifique d'approvisionnement, et de la mise en place des CIE, les Cotisations interprofessionnelles étendues.

"On nous demande de produire plus, donc on a besoin que l'enveloppe soit augmentée", défend Alain Dambreville, le  président  de la fédération réunionnaise des coopératives agricoles.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Aides européennes : l'inquiétude des éleveurs réunionnais

 

"Notre modèle agricole est solide"

Le RSA permet par exemple de compenser le coût du fret et de faire ainsi baisser le prix des aliments pour animaux, tandis que les CIE permettraient, selon les représentants des éleveurs, de développer encore la production locale. Et cela même si certains importateurs, "minoritaires", refusent de s’acquitter de ces cotisations.

"Notre modèle agricole est solide, performant, et c’est la raison pour laquelle notre demande génère un consensus fort au sein des parlementaires et élus locaux", défendent les éleveurs péï.

"Le monde agricole réunionnais a besoin que les autorités françaises nous confirment leur confiance. Le Parlement Européen soutient notre demande, notre Président de la République le doit aussi !". On saura sans doute demain si l'Etat entend porter leurs revendications.

Regardez l'intervention du député européen Stéphane Bijoux :

Direct Stéphane Bijoux