Bar-Café-Restaurant : un protocole sanitaire renforcé pour La Réunion

coronavirus
Visite Préfet restaurant
Jacques Billant, Préfet de La Réunion, et Patrick Serveaux président de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH) ©Willy Thévenin Réunion La 1ère
Le tourisme représente 13 500 emplois à La Réunion. La crise sanitaire et la réduction du trafic aérien ont durement impacté ce secteur clé de l'économie. Le Préfet signe ce vendredi avec l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie un protocole renforcé pour relancer l'activité. 

Malgré un regain de la fréquentation en juillet et en août, seule la moitié des chambres sont occupées au 3ème trimestre 2020. Afin de répondre aux enjeux sanitaires, les acteurs du tourisme réunionnais se mobilisent. En octobre, suite à une phase de concertation sociale, un accord cadre a été signé par 6 organisations patronales et 5 organisations syndicales. Il offre aux acteurs du secteur un cadre conventionnel permettant aux structures touristiques locales de convenir des actions à mettre en œuvre et d'unifier les pratiques en matière de prévention et de protection des professionnels et des clients.

 

Un protocole renforcé établi à La Réunion

A La Réunion, les acteurs de la filière touristique ont souhaité aller plus loin et définir des mesures locales adaptées à la situation du territoire. Ainsi, l’union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) et l’ensemble des partenaires sociaux ont engagé au mois de juillet des travaux qui ont abouti à la signature d’un accord cadre au mois d’octobre. Signé par 6 organisations patronales et 5 organisations syndicales, il porte notamment sur :

  • les conditions de santé et sécurité au travail ; 
  • le maintien et l’amélioration des compétences des salariés et des travailleurs indépendants ;
  • les dispositifs à mobiliser sur le volet ressources humaines ;
  • les innovations sociales et organisationnelles.

Les acteurs s'engagent à mutualiser leurs expériences dans le cadre de moments d'échanges de bonnes pratiques et de retours d'expérience pour permettre une mise en œuvre efficiente des protocoles.

En déclinaison de cet accord cadre, un protocole sanitaire applicable aux hôtels-cafés-restaurants est signé ce vendredi 11 décembre. Il vise à homogénéiser les pratiques et à assurer la sécurité des clients et des professionnels en définissant des mesures adaptées à la Réunion. Il s’agit notamment de:

  • Désigner un « médiateur Covid » dans les établissements. Sa mission consistera à informer, conseiller et accompagner la clientèle dans le respect des mesures sanitaires renforcées. L’emploi de ce médiateur peut être partagé sur une même zone géographique (groupement d’employeur) ou faire l’objet d’une mise à disposition dans les établissements volontaires, dans le respect de la législation du travail applicable. Des dispositifs d’aide à l’emploi seront mobilisés pour embaucher ces personnels : Plan #1jeune1solution et parcours emploi compétence-CIE financé à hauteur de 47%.
  • Identifier des sites pilotes pour la réalisation d’un benchmarking, technique de marketing ou de gestion de la qualité qui consiste à étudier et analyser les techniques de gestion, les modes d'organisation des autres entreprises afin de s'en inspirer et d'en retirer le meilleur, et la mise en place de mesures s’inspirant des protocoles sanitaires mis place en Europe.
  • Inciter les voyageurs arrivant sur le territoire à se faire dépister 2 jours après leur arrivée sur le territoire en déployant la campagne de communication « J’aime La Réunion, je fais un test » disponible sur : http://www.reunion.gouv.fr/j-aime-la-reunion-je-fais-un-test-a7496.html

Le reportage de Jean-Claude Toihir et Willy Thévenin
 

Les autorités présentent le protocole sanitaire renforcé pour les bars, cafés et restaurants
 

Des établissements sanctionnés pour non-respect des mesures

Plusieurs établissements ont été sanctionnés pour non-respect des mesures sanitaires en vigueur. Le 5 décembre dernier, le bar "Le Passage du Chat Blanc" à Saint-Denis a fait l'objet d'une fermeture administrative. En effet, le lieu prisé des nuits dionysiennes avait fait l'objet de nombreux avertissements pour non-respect du protocole sanitaire. L'établissement a interdiction d'ouvrir ses portes pour 10 jours.

 

En Novembre, le carré Cathédrale avait fait l'objet également de contrôles. Sept établissements avaient alors été sanctionnés dont le "Passage du Chat Blanc" déjà rappelé à l'ordre où la présence de plus de 200 personnes avait été constatée sur place, soit beaucoup plus que les 80 autorisés. 

 

Décembre représente 80% du chiffre d’affaire dans l'évènementiel. Ces derniers jours au Tampon, Stéphane Ethève a été rappelé à l’ordre pour avoir organisé deux soirées dans sa salle de réception. Contrôlé puis convoqué en Préfecture, il s’est engagé à ne plus accepter de réception et il ne pourra pas non plus organiser un réveillon assis avec port du masque. Ce mercredi, il lui a été signifié qu’il risquait une fermeture définitive de son établissement. Stéphane Ethève interrogé par Liz Dumont: 

Stéphane Ethève risque une fermeture de son établissement

 

Les motifs impérieux levés au 15 décembre

Comme annoncé par hier par le Premier ministre Jean Castex, les déplacements seront de nouveau autorisés dans toute la France à compter du 15 décembre prochain. Un couvre-feu sera toutefois maintenu de 20h à 6h, hors territoires ultramarins. Ainsi, avec la levée des mtifs impérieux pour voyager, l'aéroport Roland-Garros se prépare à accueillir un flux important de voyageurs. Une aubaine pour le secteur touristique en souffrance. Mais si les professionnels espèrent doper leurs chiffres d'affaires, la prudence reste de mise. Stéphane Fouassin, président de l'Île de La Réunion Tourisme, prône notamment l'instauration d'une charte du voyageur. Il est interrogé par Philippe Dornier.

extrait matinale Stéphane Fouassin

 

L’Etat accompagne les acteurs du tourisme 

Plusieurs mesures sont mises en œuvre au niveau national pour soutenir la filière touristique :

  • Au titre du mois de décembre et dans l’attente de la parution du nouveau décret, les entreprises qui subissent une perte de chiffre d’affaires d’au moins 50 %, auront accès au fonds de solidarité. Elles pourront bénéficier d’une aide allant jusqu’à 10 000 € ou d’une indemnisation de 15 % de leur chiffre d’affaires mensuel. Pour les entreprises qui perdent plus de 70 % de leur chiffre d’affaires, l’indemnisation atteindra 20 % du chiffre d’affaires mensuel dans la limite de 200 000 € par mois.
  • L’activité partielle est prise en charge avec 0 reste à charge. Le salarié bénéficie de 84% de sa rémunération nette.

Rappel des mesures nationales dans le secteur de l’hôtellerie-restauration

Pour assurer la sécurité sanitaire des professionnels et des clients, des mesures ont été établies au niveau national 

  • Un espace libre d’au moins un mètre doit être respecté entre les différentes tablées. Des écrans de protection peuvent également être installés.
  • Le port de masque couvrant le nez, la bouche et le menton est obligatoire pour le personnel en salle, à la réception et en cuisine.
  • Le port de masque est obligatoire pour les clients lorsqu’ils se déplacent.
  • Le nombre de personnes par table est limité à 6.
  • Un cahier de rappel est mis en place à l’entrée des restaurants. Les clients y laissent leurs coordonnées (nom, prénom, numéro de téléphone et courriel). Le restaurateur met ce cahier à la disposition de l’Agence Régionale de Santé ou de l’Assurance maladie en cas de déclenchement d’une recherche de cas contact. Ces données sont détruites après un délai de 14 jours.
  • La réservation en ligne ou par téléphone est  privilégiée.
  • La capacité maximale d’accueil est affichée à l’entrée des établissements.
  • Des distributeurs de solution hydro-alcoolique sont mis à disposition des clients.
  • Tous les clients doivent bénéficier d’une place assise et consommer exclusivement à table.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live