Campagne sucrière 2020 : la date de démarrage reste incertaine

agriculture
Plateforme de Beaufonds Saint-Benoit cannes en attente 220718
©Géraldine Blandin (Réunion la 1ère)
La campagne sucrière devait commencer ce lundi 29 juin. Un démarrage qui se fera à une date ultérieure, faute d’accord entre les usiniers et les planteurs concernant le protocole de livraison de la canne.
Après plusieurs jours de négociations, les usiniers et les planteurs n’ont toujours pas trouvé d’accord. Vendredi dernier, une réunion de la Commission Mixte d’Usine s’est tenue afin de déterminer la date officielle du début de la campagne sucrière 2020. Au cours de cette réunion, le protocole de livraison du groupe coopératif Tereos devait être statué ; en vain.

La FDSEA, Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles, refuse de signer le protocole en l’état, jugé "en défaveur du planteur". Son président, Dominique Gigan, estime que des millions d’euros seront perdus par l’ensemble de la profession si ce protocole est appliqué.
 

Le protocole de perçage pose problème

Le nouveau protocole d'échantillonnage de la canne est au cœur des débats. C'est lui qui détermine la richesse en sucre d'une cargaison et donc le revenu que va en tirer le planteur. Pour la FDSEA, il faut prendre en compte que "la canne démarre depuis la racine jusqu’à la tête. Ce sont des tirages aléatoires pour les chargements".

Si le protocole est appliqué, le perçage se fera au niveau de la tête de la canne ou de la racine en fonction du chargement. La  richesse en sucre est plus ou moins élevée en fonction de l’endroit percé. "Ce sont 65 % des tirages aléatoires qui vont tomber dans la tête si on perce dans les points prévus" par le protocole, déclare Dominique Gigan. "Ce sera difficile pour les planteurs d’avoir une richesse correcte" poursuit-il.
 

Des discussions prévues en fin de semaine

Une proposition a été mise sur la table, à savoir reprendre le protocole de la campagne sucrière de 2019, en attendant de trouver un terrain d’entente sur le nouveau. Si les acteurs de la filière souhaitent tous commencer la campagne au plus tôt, du côté des usiniers, c’est pour le moment un refus. Ils souhaitent établir un nouveau protocole avant tout démarrage.

La FDSEA espère quant à elle que la campagne sucrière pourra débuter la semaine prochaine. Les discussions entre usiniers et planteurs devraient reprendre en fin de semaine pour fixer une date officielle de démarrage.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live