Comment le CHU de La Réunion fait face à la flambée de l’épidémie de coronavirus ?

coronavirus
Le site Nord du CHU de La Réunion.
Le site Nord du CHU de La Réunion. ©Imaz Press
L’épidémie flambe à La Réunion avec un premier décès (hors évacuation sanitaire), une hausse du nombre de cas de coronavirus, et du personnel hospitalier contaminé. Comment le CHU fait face à la dégradation de la situation sanitaire ? Le point ici.
"Le CHU s’adapte, minute par minute, à l’évolution de l‘épidémie qui s’accélère dans l’île", assure Lionel Calenge, directeur général du CHU de La Réunion. L'hôpital public et les soignants sont en première ligne face à la flambée de l'épidémie de coronavirus.

Hier, un premier patient (hors évacuation sanitaire) est décédé du Covid-19 au CHU Nord. Avant-hier, 92 nouveaux cas ont été enregistrés dans l’île, un chiffre jamais atteint depuis l’apparition du virus dans l’île.
 

Une unité Covid ouvre dans le Sud

"J’ai décidé de repartir la prise en charge des patients Covid sur les deux sites, Nord et Sud, tant en médecine, qu’en réanimation, explique Lionel Calenge, directeur général du CHU de La Réunion. Une unité Covid ouvre dès demain à Saint-Pierre, où il y aura douze lits de médecine supplémentaires".

"Cette organisation va permettre d’éviter la déprogrammation de patients pour des prises en charge hors Covid", poursuit Lionel Calenge qui prévient que "le taux d’occupation du CHU aujourd’hui est de 90%". Ce mardi matin, 28 lits de médecine sont occupés par des patients Covid, et huit lits de réanimation.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère : 
 

Augmenter les capacités en réanimation

Dès demain, il y aura 42 lits de médecine dédiés aux patients Covid, entre le Nord et le Sud. D’ici dix jours, 18 lits de réanimation seront spécialement dédiés au Covid sur le CHU. "Si la situation s’intensifie, nous pourrons disposer de 45 lits de réanimation, en déprogrammant des opérations, ce qui n’a pas été fait pour le moment", explique le directeur général du CHU de La Réunion.

"Le CHU fonctionne en autarcie, à 10 000 kilomètres de la métropole, nous savons que nos capacités sont limitées", rappelle Lionel Calenge qui demande aux Réunionnais de "respecter les gestes barrières, et la distanciation pour ne pas sur solliciter l’hôpital".
 

Gérer les contaminations du personnel soignant

Les soignants sont en première ligne face à la propagation du virus. La semaine dernière, sept membres du personnel hospitalier ont été contaminés au Covid-19, par un patient arrivé au service des urgences du CHU Nord. Lundi, une infirmière du service de réanimation du CHU Sud a aussi été testée positive au Covid-19.

"Ce n’est pas une surprise d’avoir des personnels contaminés au regard de la circulation virale importante aujourd’hui, nous y étions préparés", assure le directeur général du CHU qui a mis en place "un protocole spécifique pour gérer cette situation avec des mesures d’évictions du personnel contaminé". "Tous les personnels contacts ont été dépistés, et il y aura un nouveau dépistage à J+7, poursuit-il. Nous attendons encore les résultats de dépistage pour 17 personnels du CHU Sud".
 

Dépister tous les patients

Du côté des syndicats, des questions se posent. "Comment un patient peut arriver aux urgences et contaminer sept membres du personnel ? Quelles mesures de protection avait le personnel ?", s’interroge Patrick Vayaboury, du syndicat FO santé du CHU Sud. Pour Expedit Lock-Fat de la CFDT Santé du CHU Sud, il "n’est pas normal que l’hôpital devienne un foyer épidémique. L’administration doit protéger le personnel".

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :
 

Vers une interdiction des visites au CHU ?

Le syndicat FO Santé veut des mesures drastiques pour éviter que ce scénario-catastrophe se renouvelle. David Belda, le secrétaire départemental de FO-Santé demande que "l’ensemble des patients qui arrivent aux urgences soient testés et que les visites aux patients soient limitées".

Pour l’instant, les visites en gériatrie sont interdites. Dans les autres services, les visites sont autorisées, mais uniquement une heure par patient et par jour.

Dans le contexte actuel, les visites seront-elles prochainement interdites au CHU en raison du Covid-19 ? Une décision pourrait être prise par la direction de l’hôpital demain, mercredi.