Comores : l’ACI Human Rights interpelle l’ONU sur le sort d’Ahmad-Abdallah Sambi

justice
Mohamed Sambi, ex-président des Comores, en détention provisoire depuis 2018 sept 2022
L'ancien président des Comores est en détention provisoire depuis 2018, soit cinq années, sans le moindre procès ©Capture d'écran Midi-Madagascar
La 77e session de l’Assemblée générale des Nations Unie a débuté lundi, à New-York. L’occasion pour ACI Human Rights et une douzaine d’ONG de dénoncer le placement en résidence surveillée de l’ancien président des Comores, Ahmad-Abdallah Sambi. Une détention provisoire qui dure depuis 5 ans.

Dans l’indifférence et un silence absolu, Ahmad-Abdallah Sambi, ancien président des Comores, vit depuis 2018, en surveillance surveillée. Cinq longues années, d’une détention provisoire qui ne porte pas son nom.
Le 20 août dernier, Tislam Sambi, sa fille, tentait d’alerter l’opinion publique sur le sort réservé à son père, mais ses démarches sont restées vaines.

En 2020, RFI s’était interrogé sur la durée de cette détention et l’audiencement du procès. L’ancien président est suspecté de "corruption, détournement de deniers publics, complicité de faux et usage de faux, dans une affaire de vente de passeports à des apatrides", mais pour l’heure, il n'a pas été jugé et donc, il ne peut pas être reconnu coupable et être incarcéré.

Une détention provisoire de 5 ans


Le code de procédure pénale des Comores précise que la détention provisoire d’un citoyen ne peut pas excéder 8 mois. Certes, Ahmad-Abdallah Sambi est en résidence surveillée, mais le fait de ne pas être incarcéré dans une geôle de la maison d’arrêt de Moroni, ne change rien à son statut. Il n’est pas libre !

Aujourd’hui, cinq après son inculpation, il est question d’un procès avant la fin de l’année 2022. Si la justice comorienne s’appuie sur le droit français, cette mesure coercitive est limitée dans le temps. Lorsque cette durée est dépassée, le suspect doit être libéré.
L’ACI Human Rights et la douzaine d’ONG mobilisés n’ont pas de position sur les faits, mais dénoncent simplement la situation, écrit Midi-Madagascar : "L’ancien président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi qui fait l’objet d’une détention arbitraire depuis le 19 mai 2018."