Confinement, école, économie : quelles réactions à La Réunion aux annonces d’Emmanuel Macron ?

coronavirus
La Réunion reste confinée pour lutter contre le coronavirus.
La Réunion reste confinée pour lutter contre le coronavirus. ©Imaz Press
Le confinement prolongé jusqu’au 11 mai, la réouverture des écoles à venir, les aides aux travailleurs et aux familles modestes : Emmanuel Macron s’est adressé aux Français, lundi soir. Population, syndicats et politiques réagissent à La Réunion.
 
En pleine crise du coronavirus, le chef de l'Etat s'est adressé aux Français, lundi, à 22h, heure de La Réunion. Emmanuel Macron a annoncé la prolongation du confinement jusqu'au lundi 11 mai. A partir de cette date, les crèches, écoles, collèges et lycées rouvriront "progressivement", a poursuivi Emmanuel Macron qui a aussi indiqué que "les personnes les plus vulnérables" devraient poursuivre le confinement après le 11 mai. 
 

La rentrée scolaire inquiète

"La prolongation du confinement est une très bonne chose si le virus s’en va !", estime un Réunionnais interrogé sur Réunion La 1ère. "Forcément, ça dérange, mais il faut faire avec ", précise un autre habitant du Sud. "A La Réunion, ça peut nous paraître excessif car nous avons l’impression d’être moins touché, mais c’est un principe de précaution". La Réunion compte à ce jour 391 cas de Covid-19 et aucun décès. 

Pour autant, l'annonce, hier soir, de la réouverture des crèches, écoles, collèges et lycées inquiètent les Réunionnais. La rentrée devrait se faire après les vacances scolaires dans l'île, soit le 14 mai. "Le virus sera là, et peut-être même le pic épidémique", s’inquiète une maman. Les syndicats enseignants, eux, se méfient des conditions dans lesquelles s’effectuerait cette rentrée. Comment faire respecter les gestes barrières par les enfants ?

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

"Nous sommes pour une rentrée maîtrisée et sécurisée, affirme James Huet, président de la PEEP-Réunion, la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public. Il faudra des points d’eau, des masques et du gel hydroalcoolique pour tous les élèves".

Regardez sa réaction sur Réunion La 1ère :


Réaction syndicale 

Cafés, restaurants, hôtels, cinémas, théâtres, salles de spectacle et musées : les lieux publics resteront fermés après le 11 mai. Les mesures de chômage partiel et de financement pour les entreprises seront prolongées. Emmanuel Macron souhaite que les banques "décalent les échéances". Le chef de l’Etat a annoncé une "aide exceptionnelle aux familles les plus modestes", et pour "les étudiants les plus précaires, vivant parfois loin de leur famille, en particulier lorsque celles-ci viennent d'Outre-mer". Enfin, à partir du 11 mai, la France pourra "tester toute personne présentant des symptômes" et l’usage des masques pourra devenir systématique.

Pour Ivan Hoarau, secrétaire général de la CGTR dans l’île, "il faut poursuivre le confinement pour la santé de tous". "Il ne faut pas nier les difficultés des entreprises, mais protéger la santé de tous", affirme Ivan Hoarau qui rappelle que "le confinement total est une des solutions essentielles pour vaincre cette épidémie".

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :
©reunion


Réactions des politiques

Du côté des politiques, le président de la Région Réunion rappelle : "nous avons déjà engagé plus de 50 millions d'euros dans un plan de soutien exceptionnel à nos entreprises". Il ajoute pouvoir "aller encore plus loin dans les moyens qui devront être mobilisés". Selon Didier Robert, il faut "une véritable réflexion autour du modèle économique de La Réunion qui doit être engagée, concertée". Didier Robert estime qu’il "en va de la survie de notre économie et de notre société réunionnaise".

La députée, Nadia Ramassamy, salue pour sa part "les mesures d'aides aux plus fragiles", et "les mesures pour aider le secteur du tourisme". Elle remercie le chef de l'Etat "d'avoir pris en compte (son) alerte quant à la situation financière et psychologique des étudiants ultramarins dans l'Hexagone". 

De son côté, la députée PS, Ericka Bareigts, demande le développement d'une "stratégie spécifique" pour sortir La Réunion du confinement. Elle demande de rendre obligatoire le port de masques à La Réunion et souhaite des tests pour toute la population, même des personnes asymptomatiques. La députée demande également du gel hydroalcoolique dans tous les lieux publics en vue de la réouverture des établissements scolaires.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :
©reunion

Pour la députée PLR, Huguette Bello, la réouverture des écoles "n’est qu’un moyen de relancer l’économie". Elle s’en inquiète, tout comme le député LR, David Lorion, qui n’imagine pas un "déconfinement sans matériel de protection nécessaire". Il pointe du doigt l'absence "de nouvelle mesure pour les entreprises" et notamment Outre-mer "où les entreprises déjà endettées ne peuvent pas bénéficier des mêmes aides que dans l'Hexagone".

Pour le député LFI, Jean-Hugues Ratenon, le déconfinement annoncé "manque de clarté". "Il sera difficile car le chef de l’Etat ne met pas en place de planification du déconfinement, et on se pose des questions quand il décide de ramener nos marmailles à l’école", affirme sur Réunion La 1ère, Jean-Hugues Ratenon qui dénonce la gestion de la crise sanitaire et estime que le gouvernement "n’est pas à la hauteur".

Pour le Parti Communiste Réunionnais, la crise sanitaire "accentue l’urgente nécessité d’un pouvoir décisionnaire réunionnais". "L’Outre-mer souffre des décisions parisiennes déconnectées des réalités du terrain, de nouvelles règles de solidarité doivent être définies," estime le PCR pour qui le "déconfinement est une décision grave".