Coronavirus : 20 nouveaux cas confirmés à Madagascar

coronavirus
Madagascar masquée
©Capture d'écran Madagascar-Tribune
La région de Tamatave est la plus touchée de Madagascar. Mardi soir, les autorités ont annoncé comptabliser 20 nouveaux patients en 24 heures. 15 ont été détectés à Tamatave, 3 dans une ville de la proche banlieue et 2 à Tananarive. La Grande île a franchi la barre des 200 cas. 
Madagascar compte 20 millions d'habitants, dont une grande partie s'est installée dans les grandes villes, ou leurs banlieues, pensant trouver du travail. Depuis le début de la crise liée à l'épidémie de Covid-19, les autorités malgaches redoutent que l'un de ces foyers soit touché. Cette crainte prend forme ces derniers jours à Tamatave, ville portuaire de la côte Est qui est désormais la région la plus touchée par cette maladie.

Mardi soir, la professeur Hanta-Marie-Danielle Vololontiana, porte parole du centre de commandement opérationnel de lutte contre la Covid-19 a annoncé : "Madagascar vient d’enregistrer vingt (20) nouvelles contaminations"..."Depuis le 19 mars jusqu’au mardi 12 mai s’élève à deux cent-douze (212)", écrit Madagascar-Tribune.
 

Un nouveau patient est âgé de 67 ans 


Quinze des vingt nouveaux cas confirmés viennent de Tamatave. Trois des nouveaux patients vivent dans une ville située non loin à l'Ouest et les deux derniers sont de hommes domiciliés à Tananarive. 
La région d'Atsinanana est de loin la plus durement touchée. Le ministère de la Santé y a enregistré 93 malades du coronavirus, 23 guérisons et compte encore 70 patients hospitalisés. Sur les 105 malades en cours de traitement, les deux tiers sont dans ce secteur.

Les dernières victimes du coronavirus à Tamatave sont âgées de 18 à 48 ans et à Moramanga de 37, 42 et 67 ans. 
 

L'enquête, sur les faux resultats des tests, continue


Cette crise sanitaire est à l'origine, comme dans de nombreux pays, d'une crise politique. L'incident de jeudi et l'annonce de 67 cas confirmés par l'Organisation Mondiale de la Santé (Ndlr : fausse information liée à des tests défectueux) continue de faire des vagues. Christian Ntsay, Premier ministre, a demandé à l'Institut Pasteur de remettre un rapport d'enquête sur ce cafouillage. Il l'attendait, ce mercredi 13 mai 2020.

Cette demande n'ayant pas été satisfaire, le Premier ministre a signalé : "Les investigations vont se poursuivre jusqu'au bout pour identifier les failles et les responsables. Les résultats finaux seront rendus publics", révèle L'Express de Madagascar.