Coronavirus : Citalis désinfecte ses locaux et ses bus

coronavirus
Citalis désinfecte locaux 1
©Capture d'écran
La crise du Covid-19 oblige les réseaux de transport en commun à renforcer leur dispositif sanitaire. Outre les rappels de mesures barrière à bord des bus et un nettoyage régulier des véhicules, CITALIS désinfecte également ses locaux grâce à l'utilisation de vapeur à très haute température.
 
Alors que l’épidémie de coronavirus continue de prendre de l’ampleur dans le département, les sociétés de service public qui continuent de fonctionner ne lésinent pas sur la protection de leurs salariés et des usagers. C’est le cas du réseau de transport urbain et interurbain Citalis. Ce lundi matin, l’entreprise a lancé une opération désinfection de sa boutique située à Saint-Denis. Pour cela, elle a fait appel à un prestataire qui travaille avec une technologie de vapeur à très haute température et sous pression. « C’est un procédé qui présente l’avantage de ne pas avoir de conséquences allergènes », explique Marc Lafaye, directeur développement à la Sodiparc.
Citalis désinfecte locaux 2
©Capture d'écran
Bureaux, espaces d’accueil ou encore façade extérieure, toutes les surfaces sont traitées à coup de vapeur pendant 10 à 15 minutes. Une opération qui nécessite en tout 10 heures d’intervention pour les locaux traités ce matin.

« On demande au prestataire d’appliquer le produit désinfectant sur tous les endroits où les gens sont susceptibles de poser leurs mains ou des objets en leur possession », précise Marc Lafaye.


La semaine dernière déjà, un autre point de vente avait subi le même sort à Sainte-Marie. La salle de prise de service des conducteurs de bus, tout comme la salle des contrôleurs ont aussi eu droit à leur nettoyage en règle. Suivront la salle de régulation et les cabines de conduite d’ici à la fin de la semaine car les chauffeurs sont quotidiennement en contact avec les passagers.
Citalis désinfecte bus 1
©Capture d'écran

En parallèle, les agents de Citalis  prennent également le temps de désinfecter les bus en bout de chaque ligne avec des solutions hydroalcooliques.

Le reportage de Marie-Ange Frassati
Reportage ©Réunion La 1ère


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live