Coronavirus : avant le confinement, les Réunionnais se ruent dans les supermarchés

coronavirus
Coronavirus - Attente magasin Score de Saint-Louis
©Suzette Emma
Des caddies qui débordent et des scènes surréalistes dans les rayons : des centaines de Réunionnais se sont rués dans les supermarchés de l’île, ce mardi 17 mars, avant d’être confinés, comme le reste de la France, à 15h.
Des parkings de supermarchés remplis, des caddies qui débordent, des sachets de courses pleins à craquer : les Réunionnais se sont rués dans les supermarchés de l’île ce mardi 17 mars. A partir de 15 heures, La Réunion sera confinée pour lutter contre le coronavirus.
 

Des scènes surréalistes dans les magasins

Avant d’être bloqués à la case, les Réunionnais ont pris d’assaut supermarchés et stations-services en achetant plus que de raison. La « peur du manque » pousse à stocker et cela créé des situations de tensions, notamment dans le sud.

Dans un petit supermarché de Saint-Louis, les clients devaient patienter à l’extérieur pour entrer par quelques dizaines dans le magasin. Une fois les courses faites, il fallait encore attendre plus d’une heure pour passer en caisse en se tenant à distance les uns des autres.
Les supermarchés sont saturés depuis ce matin. Sur les réseaux sociaux, des vidéos circulent et montrent des bagarres dans les grandes surfaces. Dans les stations de gaz, certains veulent aussi acheter du gaz plus que de raison.
 

Pas de pénurie

"Il n’y aura pas de pénurie, rappelle sur Réunion La 1ère, Eric Leung, président de la CPME, Confédération des Petites et Moyennes Entreprises à La Réunion. Il y a suffisamment de stocks dans les magasins et les réserves pour répondre aux besoins de la population. Ne sur-stockons pas. Il ne faut pas laisser la peur et la psychose s’emparer de nous".
 

Un confinement, mais des courses possibles

D’autant que le confinement de La Réunion ne vous empêchera pas de faire vos courses. A partir de 15 heures, heure de La Réunion, comme le reste de la France, vous devrez rester chez vous. L’objectif est de lutter contre le coronavirus en limitant les interactions sociales et les rencontres. "Nous sommes en guerre", a martelé hier soir dans son allocution, le chef de l’Etat, Emmanuel Macron.

Les déplacements doivent donc être réduits au maximum, les trajets effectués doivent être uniquement "essentiels" sous peine de sanction.
 

Qui peut se déplacer et pourquoi ?

Les personnes qui sont obligées d'aller travailler, pour qui le télétravail est impossible, doivent se procurer une attestation de la part de leur employeur. Pour les autres déplacements, il faut remplir un "document attestant sur l'honneur le motif" du déplacement, notamment téléchargeable ici dans notre article. Il pourra également être réalisé sur papier libre.  "Il appartiendra à chacun de le remplir pour préciser la nature de son déplacement, sa destination et ses raisons", a expliqué Christophe Castaner, ministre de l’intérieur.

Vous devez remplir ce formulaire si : vous allez faire vos courses, vous devez vous rendre chez le médecin, vous êtes séparés et vous devez déposer ou aller chercher vos enfants chez votre ex-conjoint, vous devez rendre visite à un proche dépendant. Le ministre a également précisé que des "déplacements brefs à proximité du domicile" seront également tolérés. "On pourra toujours pratiquer une activité physique ou sortir son chien mais chacun devra le faire avec parcimonie", a encore complété Christophe Castaner.
 

Des contrôles et des amendes

Le ministre de l'intérieur a promis la mobilisation de 100.000 policiers et gendarmes pour des contrôles. A La Réunion, les forces de l’ordre sont déployées depuis midi. Toutes les personnes qui circuleront devront être "en mesure de justifier leur déplacement", a-t-il ajouté, précisant qu'une amende pour les contrevenants serait prochainement portée à 135 euros. Elle est aujourd'hui de seulement 38 euros.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live