Coronavirus : l'île Maurice compte 332 cas positifs dont 21 actifs

coronavirus
Soignant sur l'île Maurice avril 2020
©Capture d'écran l'Express de Maurice
Le déconfinement se profile pour les Maurciens. Les services de lutte contre le Covid-19 ont enregistré un nouveau cas positif, ce dimanche. Ce patient porte à 21 le nombre de cas actifs traités sur l'île soeur. Les personnels de santé, qui étaient au front, sont actuellement testés. 
Les "frontliner" infirmiers, médecins, aides soignantes, personnel d'entretien et forces de l'ordre étaient en première ligne pendant des semaines écrit L'Express de Maurice. Ils ont multiplié les heures et ont accepté de mettre leur vie entre parenthèses pour endiguer la pandémie, sur l'île sœur comme dans tous les pays du monde.
 
Nos voisins ont connu des moments difficiles avec neuf morts et 332 cas positifs. Cependant, à l'heure d'un près bilan, il est permis d'affirmer que la tragédie annoncée a été évitée.
 

Déconfinement le 4 mai 2020 ?


Aujourd'hui, tout le monde redoute une deuxième vague. Pourtant, le déconfinement est souhaitable, et même indispensable. C'est un moment sensible, qui pose de nombreux problèmes aux décideurs. L'histoire des épidémies nous rappelle que ce moment est délicat. Il peut provoquer un nouveau pic du nombre de malades. 

Cette étape cruciale devrait avoir lieu, le 4 mai 2020, sauf décision gouvernementale. Il est d'ailleurs fort probable que ce retour vers l'air libre se fera sous condition. Des précisions devraient être rapidement communiquées, nous sommes à seulement une semaine de la date fatidique. 
 

Encadrement des prix de 20 produits de première nécessité


En attendant ces nouvelles, les Mauriciens peuvent se réjouir de l'encadrement des prix des produits de première nécessité. La liste a été publiée, ce dimanche 26 avril 2020. Les prix du riz, des pâtes, des grains, des couches, du beurre (etc.) ne peuvent pas faire l'objet d'une marge de plus de 20 % précise Ion News. Le ministère du commerce de l'île Maurice a été contraint d'effectuer des descentes musclées dans de nombreux commerces qui voulaient profiter de cette période de crise pour faire flamber les prix.