Coronavirus : La Réunion s'organise face aux EVASAN en provenance de Mayotte

coronavirus
Une évacuation sanitaire Covid entre la Guyane et la Martinique
Une évacuation sanitaire Covid entre la Guyane et la Martinique ©Gael Ho-A-Sim

Depuis 5 jours, La Réunion a accueilli 25 patients en provenance de Mayotte dont 14 ont été hospitalisés en réanimation. Par ailleurs, le nombre de cas Covid augmente considérablement à La Réunion. Du 4 au 10 février, l'île comptabilise 584 nouveaux cas soit une hausse de 20% en une semaine.

Le nombre de personnes positives à la Covid-19 a doublé en deux semaines à La Réunion. Ainsi, du 4 au 10 février 2021, l'île comptabilise 584 nouveaux cas soit une hausse de 20% en une semaine. La Réunion voit également le nombre de patients atteints de variant du coronavirus augmenter. Depuis hier, 9 nouveaux cas ont été recensés dont 8 issus de la souche sud-africaine et 1 de la souche britannique. L'île compte désormais 60 cas de variants au total

Avec une moyenne de 100 cas par jour, le taux d'incidence de l'île pourrait passer de 68 à 82 pour 100 000 habitants. L'ARS constate que les cas autochtones progressent avec 531 cas sur les 584 nouveaux cas recensés. Les cas importés, eux, diminuent. Par ailleurs, 74 cas sont rattachés à un cluster. L'ARS qui précise que le virus circule désormais sur l'ensemble du département. 

Même si le nombre d'hospitalisations reste faible à La Réunion, les autorités restent en alerte, car une forte augmentation des cas de variants est synonyme d'une forte augmentation des hospitalisations précise Martine Ladoucette, directrice de l'ARS Réunion.

Point de l'ARS et du CHU du vendredi 12 février 2021 :  

 

Absorber en délestage une partie des patients Covid de Mayotte


À Mayotte, la situation est très préoccupante avec un taux d'incidence de 859 personnes contaminées/100 000 habitants, un taux qui double en une semaine. Le taux d'incidence de Mayotte est 12 fois supérieur à celui de La Réunion, 4 fois supérieur à celui de l'Hexagone. 

Des renforts humains et matériels sont arrivés notamment grâce à la réserve sanitaire et aux forces armées. Un nouvel hôpital va voir le jour, de façon anticipée, en Petite-Terre pour prendre en charge les patients en médecine, même si ce n'était pas sa vocation première. Actuellement 100 personnes sont hospitalisées en médecine à Mayotte dont 30 en réanimation. Mais, même avec 10 lits de réanimation supplémentaires, certains des patients Covid nécessitent d'être acheminés à La Réunion.

La Réunion accueille en moyenne 4 patients par jour en moyenne en provenance d'une évacuation sanitaire au titre de la solidarité régionale. Actuellement, sur 22 patients hospitalisés au CHU en réanimation, 16 proviennent d'une EVASAN en provenance de Mayotte. Sur 26 patients en médecine, 12 proviennent d'une évacuation sanitaire au titre de la solidarité régionale. 

Le directeur du CHU de La Réunion, Lionel Calenge, l'assure, un avion ainsi que des transports sanitaires sont entièrement dédiés aux Evasans. En aucun cas, les malades ne sont en contact avec la population réunionnaise. Il n'y a pas d'accompagnants sauf dans le cas d'une hospitalisation d'un enfant. Les accompagnants ne peuvent séjourner à l'extérieur de l'hôpital, ils doivent d'ailleurs y effectuer une septaine stricte. Les malades retournent à Mayotte dès la fin des soins. L'évacuation sanitaire des malades non-Covid en provenance de Mayotte a été diminuée, limitée aux strictes urgences, pour assurer la disponibilité des lits de réanimation. 

Nous pouvons et nous devrons donc sans aucun doute continuer cet effort de coopération et de solidarité par des capacités supplémentaires d'admission

Martine Ladoucette, directrice de l'ARS Réunion

 

Ainsi, La Réunion peut prendre en charge jusqu'à 4 admissions par jour en réanimation et jusqu'à 6 admissions par jour en médecine de malades en provenance d'EVASAN. Mais pour palier ce flux, certaines admissions programmées en médecine comme en chirurgie de La Réunion, pendant les jours et les semaines qui viennent, devront être reportées dans un délai raisonnable pour permettre l'aide indispensable à Mayotte, mais aussi pour répondre aux besoins réunionnais face à la Covid-19.

Par ailleurs, l'ARS précise qu'il n'est pas question de développer une capacité de réanimation ou de médecine Covid, que ce soit pour La Réunion ou pour Mayotte, sans renforts humains tels que demandés par l'ARS de La Réunion au ministère de la Santé qui s'y est engagé. Une réunion se tient ce soir pour déterminer les conditions d'arrivée de ces renforts humains. Les demandes portent sur une aide qui peut aller jusqu'à 9 médecins, avec un profil réanimateur, 6 médecins, avec un profil généraliste ou urgentiste, et près de 40 infirmiers formés à la réanimation.

CHOR nouveau service de réanimation 150319
©Réunion la 1ère

 

La Réunion est passée de 58 lits installés en réanimation au CHU avant la crise sanitaire à 76 lits à l'heure actuelle, sans déprogrammer aucun patient. Très bientôt, le CHU accueillera 80 lits en réanimation sans déprogrammation de patients. Pourtant, arrivé à un certain pallier, des décisions devront être prises pour faire face. Ainsi, explique Lionel Calenge, directeur du CHU, pour avoir 85 lits en réanimation, il faudrait fermer 3 salles de blocs et donc déprogrammer des soins urgents. 

Dans un scénario théorique d'explosion de l'épidémie sur les deux îles, le CHU pourrait aller jusqu'à 103 lits de réanimation. Le CHOR et Clinifutur viendraient alors en appui portant la capacité de La Réunion à 118 lits. 

En médecine, le CHU est passé de 18 lits Covid la semaine dernière à 46, chiffre qui est celui de la vague connue à La Réunion en novembre dernier. Le CHU peut aller jusqu'à 90 lits en médecine. Les établissements privés et le CHOR, ainsi que le GHER, apporteraient là aussi un appui.