Coronavirus : maintenir les efforts avant les fêtes de fin d'année

coronavirus
Coronavirus covid point prefecture 201120
©IPR
Les autorités veulent poursuivre les efforts et maintenir la pression sur les lieux d'accueil du public avant les fêtes de fin d'année. La situation reste pour l'heure contrastée. Plusieurs communes de l’île restent en effet sous surveillance.
Il y a une semaine, le préfet de La Réunion alertait les Réunionnais sur la dégradation de la situation épidémique dans l’île. La commune de Saint-André était alors sou la menace d’un couvre-feu. Mardi, décision a finalement été prise de ne pas l’appliquer. Plusieurs communes restaient cependant sous surveillance.

Ce vendredi 20 novembre, les autorités font un point sur le bilan épidémique et les mesures de lutte contre le Covid. Nombre de nouveaux cas, taux d’incidence ou encore résultats des dernières opérations de dépistage devraient ainsi être communiqués.
 

Des communes sous surveillance

Si mardi dernier, la commune de Saint-André a échappé au couvre-feu, son taux d’incidence étant repassé sous le seuil limite fixé par le préfet de La Réunion, à savoir de 150 cas pour 100 000 habitants sur une semaine, les autorités restaient vigilantes.
 
D’autres communes sont également sous surveillance. C’était encore le cas pour Saint-Benoit, Saint-Denis, Saint-Paul et Saint-Pierre, mardi dernier.
 

Renforcement des contrôles et durcissement des sanctions

Mardi dernier, le préfet de La Réunion annonçait le renforcement des contrôles, principalement dans les établissements recevant du public comme les bars, restaurants et les centres commerciaux. Il prévenait également du durcissement des sanctions en cas de manquement à la réglementation ou de non-port du masque.

Enfin, Jacques Billant avertissait qu’en cas de nouvelle dégradation de la situation, la fermeture des bars et restaurants pourrait être ordonné dès 21h dans certains secteurs, voire dès 22h30 sur l’ensemble du département.
 

Maintenir les efforts

Suite à l’allocution de la " dernière chance " du préfet de La Réunion vendredi dernier, les autorités demandent aux Réunionnais de poursuivre les efforts. Port du masque obligatoire sur toute l’île, interdiction des pique-niques et ciblage particulier des bars et restaurants étaient alors annoncés.

Depuis, les contrôles ont continués à être renforcés. Depuis le 6 novembre, 563 personnes ont été verbalisées pour non-port du masque sur 10 000 contrôles, 144 établissements recevant du public ont été mis en demeure sur l’ensemble du département et 11 ont été fermés, ou sont en cours de fermeture, sur le Nord, l’Ouest et le Sud, annonce Camille Goyet, la directrice de cabinet du préfet de La Réunion.

Aucune mesure collective n’est pour autant appliquée pour le moment, indique-t-elle.
Covid itw Camille Goyet ©Réunion la 1ère
 

Une gestion " millimétrée " du territoire

Chaque sous-préfet aura un point hebdomadaire avec les maires de l’île pour analyser les données, pour une gestion " millimétrée " du territoire. Le préfet de La Réunion maintiendra également les réunions du mardi avec les maires de l’île. Un vadémécum de « bonnes pratiques » est en cours de construction en matière d’accompagnement des communes, explique Camille Goyet.

Ce qui a été mis en place à Saint-Denis le sera ainsi dans les autres communes, comme la bonne organisation des marchés forains, la fermeture de jeux ou espaces municipaux fréquentés, la mobilisation de médiateurs, la mise en place de campagne de dépistage, la distribution de masques aux personnes vulnérables ou encore la participation de la police municipales aux opérations de contrôle.
 

Ne pas relâcher la pression à l’approche des fêtes

Ce vendredi matin, Jacques Billant a rencontré les responsables des centres commerciaux pour leur demander de s’assurer du bon respect des mesures dans leurs établissements. Il a demandé une vigilance particulière sur la tenue du Black-Friday et sur le premier week-end de décembre.

Le préfet abordera la question des fêtes de fin d’année avec les maires lors de la réunion de mardi prochain. La directrice de cabinet prévient, les fêtes de fin d’année seront forcément modifiée, avec moins de monde et dans des modes plus protecteurs. Le préfet a une attention respectueuse et bienveillante pour les festivités du 20 décembre, cela sera discuté mardi, indique-t-elle. Pour le marché de noël et le réveillon du nouvel an cela sera précisé ultérieurement.

Enfin, pour les voyageurs, les motifs impérieux sont maintenus au moins jusqu’au 1er décembre. Une réflexion doit être prochainement menée sur ce sujet, en cohérence avec le confinement dans l’Hexagone.
 

Une situation épidémique " en plateau "

Si le nombre de cas et le taux d’incidence global sont en baisse, la situation reste contrastée, indique le Dr François Chieze, directeur de la veille et de la sécurité sanitaire à l’ARS. Certains indicateurs sont en effet à la baisse, tandis que d’autres sont en " plateau ", c’est-à-dire qu’ils se stabilisent. A un certain niveau.

Du 9 au 15 novembre, le taux d’incidence pour le département est de 65,6 cas pour 100 000 habitants sur une semaine. La semaine précédente, il était de 77 cas pour 100 000 habitants. Ce taux est cependant inégal selon les communes de l’île. Ainsi 10 communes ont un taux d’incidence égale ou supérieur au seuil d’alerte, fixé à 50 cas pour 100 000 habitants sur une semaine, la plupart se situant entre 73 et 99 pour 100 000 habitants.
 

Une circulation forte chez les jeunes adultes

563 cas de coronavirus ont été confirmés du 9 au 15 novembre, soit 80 cas par jour en moyenne, contre 95 cas par jour en moyenne la semaine précédente. Sur ces 563 cas, seuls 34 sont des cas importés, soit 6% des cas contre 10% la semaine précédente. Pour le Dr François Chieze, la grande majorité des cas sont autochtone, la circulation du virus locale est donc forte.

Les jeunes adultes sont les plus concernés. Le taux d’incidence de la tranche d’âges des 14-44 ans est de 88 cas pour 100 000 habitants, chez les 45-64 ans il est de 82 cas pour 100 000 habitants et chez les 65-74 ans de 55 cas pour 100 000 habitants. Pour les plus de 65 ans, il repasse sous le seuil d’alerte des 50 cas pour 100 000 habitants.

Le directeur de la veille et de la sécurité sanitaire souligne enfin que le R effectif, le nombre de personnes que contamine une personne positive au Covid, est passé en dessous de 1. Il est en effet de 0,97. Cela signifie que la transmission d’un individu à un autre diminue. Le Dr François Chieze appelle donc à maintenir les gestes barrières.

Dans les hôpitaux de l’île, le nombre global d’hospitalisation diminue. Le taux d’occupation des lits de réanimation est de 21% sur les 80 lits du département.
 

14 000 tests de dépistage dont 1 600 sur les voyageurs

L’Agence Régionale de Santé indique ce vendredi que cette semaine 14 000 tests dépistage ont été réalisés, dont 1 600 pour les voyageurs. Un nombre de dépistage hebdomadaire en légère baisse. Les autorités souhaitent renforcer l’offre de dépistage, au-delà des centres fixes et ambulatoire déjà présents.

Deux tentes de dépistages seront installées dans deux quartiers différents et sensibles à Saint-André et à Saint-Paul la semaine prochaine. Les horaires des drives seront étendus à Saint-Benoit et Saint-Pierre. Les tests antigéniques, tests rapides dont la dotation est de moins de 20 000 tests sur le département, sont utilisés aux Urgences, au CHU et dans les Ehpad notamment pour le personnel. Enfin, les pharmaciens pourront à terme y avoir accès, assure l’ARS.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live