Coronavirus: les jardineries qui distribuent de l’alimentation animale sont autorisées à accueillir des clients

coronavirus
poulet maïs
image d'illustration ©Pixabay
La Préfecture rappelle, par voie de communiqué, que les magasins commercialisant les aliments et fournitures pour les animaux de compagnie sont autorisés à être ouvert en cette période de confinement, sous réserve que les gestes barrières soient respectés entre clients et personnel.
Le décret du 23 mars 2020 indique que les magasins qui vendent des aliments et fournitures pour les animaux de compagnie comptent parmi les activités autorisées durant la période de confinement. 
 

"La spécificité de l’alimentation animale rend nécessaire l’ouverture des commerces spécialisés disposant d’un rayon « alimentation animale » (jardineries), en raison des possibles difficultés d’accès à ces produits dans certains bassins de vie en dehors de ces commerces spécialisés." -Préfecture


L'alimentation animale mais aussi les plantes et semences


Les jardineries qui distribuent de l’alimentation animale sont ainsi autorisées à accueillir des clients. Mais l'ouverture de ces commerces n’est pas restreinte aux seuls rayons « alimentation animale », comme c’est le cas pour l’ensemble des autres commerces, notamment les grandes et moyennes surfaces ouverts pour l’ensemble de leurs rayons.
Ici, les rayons de semences, de plantes potagères et de plants seront accessibles, car ils répondent à un besoin essentiel de certaines catégories de population précise La Préfecture. 


Une réponse aux horticulteurs inquiets

 
Il est également rappelé, dans ce communiqué, que la vente à distance et la livraison restent autorisées pour les productions horticoles, comme pour les autres activités économiques.
 
Fleurs sous serre
©Capture décran

Dans un courrier adressé au préfet, la profession avait notamment demandé, l'autorisation de pouvoir vendre leurs productions dans les points de ventes alimentaires. Avec le confinement, les horticulteurs accusent une perte de 2.5 millions d'euros en 15 jours. Entre 300 et 600 emplois sont menacés sur les 1 700 existants dans le département. 
 
L’ouverture des jardineries doit se faire bien sûr dans le strict respect des gestes barrières qui s’imposent à leur personnel et au public. L’attestation dérogatoire de déplacement, dûment renseignée, devra être fournie en cas de contrôles.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live