Coronavirus : 87 nouveaux cas confirmés en 2 jours à La Réunion, le nombre de cas diminue

coronavirus
Coronavirus
©Pixabay
La préfecture et l'Agence Régionale de Santé annoncent, ce vendredi 11 décembre 2020, 87 nouveaux cas de Covid-19 enregistrés à La Réunion du 10 au  11 décembre, soit une moyenne de 43 cas quotidien sur deux jours consécutifs. Le nombre de cas diminue. 
La Préfecture et l'Agence Régionale de Santé confirment 87 nouveaux cas de coronavirus covid-19 enregistrés à La Réunion du 10 décembre au 11 décembre 2020 à 15h00 (soit une moyenne journalière de 43 cas sur 2 jours consécutifs). On enregistre un total de 8 431 cas depuis l’apparition du premier cas le 11 mars 2020, dont 66 évacuations sanitaires au titre de la solidarité régionale. 
Au 11 décembre 2020, hors décès, compte tenu des 8 037 guérisons, 344 cas sont encore actifs à ce jour.


Parmi les nouveaux cas :
  • 73 cas sont classés autochtones,
  • 14 cas sont en cours d’investigation.

Parmi les cas précédemment annoncés en cours d’investigation :
  • 9 cas sont classés autochtones,
  • 1 cas est en cours d’investigation,
  • 1  cas est invalidé suite à des investigations complémentaires.
 


14 clusters actifs


A ce jour, 14 clusters sont actifs et 83 clusters ont été clôturés.

Parmi les clusters actifs, on note :
- 3 clusters de « criticité limitée » ;
- 2 clusters de « criticité modérée » ;
- 9 clusters de « criticité élevée ».  

On note par ailleurs :
- 5 clusters maîtrisés ;
- 1 cluster à diffusion communautaire.

Les principaux clusters de criticité modérée ou élevée sont localisés à Saint-Denis (2), à Saint-Pierre (3), à Saint-Joseph (1), à Sainte-Marie (1), à la Plaine des Palmistes (1), Le Port (1), Saint-Benoît (1) et l'Etang-Salé (1).

Les causes de contamination dans les clusters identifiés sont diversifiées (milieu professionnel, évènements privés ou publics avec rassemblements de personnes, établissements de santé et médico-social, …).
 

10% de cas importés


Selon la préfecture de La Réunion, 8 416 cas ont été investigués à cette heure par l’ARS, Santé publique France et l’Assurance Maladie, dont 10 % sont des cas importés.

Selon les autorités sanitaires, on recense :
  • 810 cas importés (personnes qui ont contracté la maladie en dehors du territoire) dont 66 cas issus d'une évacuation sanitaire au titre de la solidarité régionale
  • 108 cas autochtones secondaires (personnes ayant un lien direct avec des cas importés)
  • et 7 432 cas autochtones (personnes ayant un lien indirect ou n’ayant aucun lien avec un cas importé).


7 patients en réanimation


Ce vendredi 11 décembre, 7 patients atteints de la Covid-19 sont hospitalisés en service de réanimation. Par ailleurs, 44 patients sont hospitalisés dans d'autres services au CHU de La Réunion, dont 1 issu d'évacuations sanitaires.

Au 11 décembre 2020, hors décès, compte tenu des 8 037 guérisons, 344 cas sont encore actifs à ce jour.
 


Les décès liés au Covid


Au total, La Réunion compte 39 décès liés à la Covid-19, dont 2 concernant des personnes issues d'une évacuation sanitaire. Parrallèlement, 4 personnes sont décédées suite à une autre pathologie, 5 également issues d'une évacuation sanitaire. 

La préfecture et l’Agence Régionale de Santé rappellent l’importance d’appliquer au quotidien les mesures barrière (lavage de mains, utilisation de mouchoir, tousser dans son coude, distance physique, port du masque, limitation au maximum des contacts sociaux à 6 personnes, utilisation de l’application TousAntiCovid …). Ces mesures sont essentielles pour freiner l’épidémie dans l’île.
 

Une vigilance accrue doit être maintenue


Une vigilance accrue doit être maintenue sur l’application des mesures barrières pour continuer la lutte contre le virus.

Durant la semaine du 30 novembre au 06 décembre (semaine 49), le nombre moyen de cas confirmés est de 36 cas par jour (à rapporter aux 53 cas en moyenne de la semaine 48 et aux 85 cas de la semaine 47). Le taux d’incidence était de 29/100 000 habitants et il reste donc en dessous du seuil du « seuil national d’alerte » (50/100 000).

Cette semaine, le nombre de cas diagnostiqués se stabilise et reste à moins de 300 cas.

Il est à noter pour les autres indicateurs :
  • un taux d’incidence à  59/100 000 chez les 15-24 ans qui continue à décroitre mais qui reste le plus élevé par rapport aux autres classes d’âge,
  • un taux d’incidence chez les plus de 65 qui se stabilise autour de 21,3/100 000,
  • un taux de positivité des tests à 2,9%, en dessous du seuil de vigilance (5%),
  • un nombre de tests en légère diminution avec 10 300 tests réalisés cette semaine,
  • un nombre hebdomadaire d’admission en médecine et en réanimation qui se stabilise avec une tendance à la baisse par rapport à la semaine précédente.

A ce jour, 14 clusters sont actifs et 83 ont été clôturés depuis le mois d’août.

La baisse de cas ne doit pas amoindrir les efforts de chacun dans l’application des gestes barrières au quotidien et dans toutes les circonstances. Le masque doit être porté à chaque fois que la distance d’un mètre ne peut être respectée pour éviter une transmission du virus. Les interdictions de regroupement de plus de 6 personnes doivent être strictement respectées.

A l’approche de la période de vacances scolaires et des fêtes de fin d’année, les autorités encouragent la population à maintenir une vigilance afin de contenir l’épidémie dans l’île.

Il est tout particulièrement rappelé que :
  • toute personne présentant des symptômes doit se faire dépister au plus vite, soit en contactant son médecin traitant, soit en se rendant dans un laboratoire de biologie médicale ou dans un centre de prélèvement sans rendez-vous ou lors de dépistage organisé dans la commune
  • les voyageurs sont incités à se faire dépister 2 à 4 jours après leur arrivée, conformément aux SMS qui leur sont systématiquement adressés par l’ARS et à limiter leurs contacts dans l’attente du résultat de ce test
  • les voyageurs en provenance de Mayotte sont encouragés à se faire dépister dès leur arrivée au sein de l’aéroport (test antigénique)
  • chacun est invité à télécharger sur son téléphone portable l’application TousAntiCovid qui facilite l’information des personnes qui seraient contact d’une personne contaminée, et permet ainsi de casser plus vite les chaînes de transmission du virus.

Cette situation favorable depuis deux semaines appelle à une poursuite de la vigilance de chacun dans l’application des gestes barrières au quotidien et dans toutes les circonstances afin de contenir l’épidémie dans l’île.

Le masque doit être porté à chaque fois que la distance d’un mètre ne peut être respectée, pour éviter une transmission du virus. Les limitations de regroupement de plus de 6 personnes doivent être strictement respectées.

Il est tout particulièrement rappelé que :
  • toute personne présentant des symptômes doit se faire dépister au plus vite, soit en contactant son médecin traitant, soit en se rendant dans un laboratoire de biologie médicale ou dans un centre de prélèvement sans rendez-vous ;
  • les voyageurs arrivant à La Réunion sont incités à se faire dépister 2 à 4 jours après leur arrivée, conformément aux SMS qui leur sont systématiquement adressés par l’ARS ;
  • chacun est invité à télécharger sur son téléphone portable l’application TousAntiCovid qui facilite l’information des personnes qui seraient contact d’une personne contaminée, et permet ainsi de casser plus vite les chaînes de transmission du virus.
 

Dépistages

Ce sont 1 300 dépistages qui ont été réalisés entre le 30 novembre et le 06 décembre, dont 1 170 concernant des voyageurs.

Sur la semaine 49, le taux de positivité était de 2,9 % (source SIDEP, ARS). Il est stable par rapport à la semaine précédente (2,9%) et reste inférieur au seuil de vigilance (5%).  

Le taux de positivité chez les voyageurs a significativement diminué et est de 0,2%. Le taux de dépistage connait une baisse (23% du total des voyageurs).
 
Depuis la semaine 41, le délai moyen entre la date des premiers symptômes et la date de prélèvement est stable autour de 3 jours, et est similaire au délai observé au niveau national.

Dépistage organisé à Saint-André et Saint-Benoit
Suite au dépistage organisé à Saint-André dans le bus de Prévention Santé du CHU le 2 décembre, 49 tests ont été réalisés, dont :
-       3 tests antigéniques TROD, dont 0 positif
-       46 tests RT-PCR dont 1 positif

Surveillance en établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS) :
Après une augmentation du nombre de signalements réalisés par des ESMS en novembre, seul 1 signalement a été réalisé en  semaine 49 et concernait 1 cas confirmé dans un établissement de l’aide sociale à l’enfance. Les clusters identifiés en ESMS sont désormais maîtrisés ou clôturés.

Surveillance individuelle : 

La baisse du nombre de cas se poursuit en semaine 49, avec moins de 300 cas recensés.
Ces nouveaux cas sont essentiellement autochtones. Une diminution du nombre de cas importés est observée depuis la semaine 46.
 
Bien qu’il soit noté une baisse de cas importante depuis 2 semaines, la circulation du virus est toujours active à La Réunion.
 
Le R eff (nombre de reproduction effectif : nombre moyen de personnes qu’une personne malade va contaminer)
 
A La Réunion, en semaine 48, le nombre de reproduction effectif était de 0,60 (source SIDEP). Il a légèrement diminué par rapport à la semaine précédente (0,68).
 
Ces résultats doivent être mis en perspective avec les autres données épidémiologiques.
 
Le taux d’incidence (nombre de cas rapportés à la population pour 100 000 habitants)
 
Du 30 novembre au 6 décembre, le taux d’incidence (TI) était de 29/100 000 habitants en dessous du seuil d’alerte (50/100 000 habitants) et du seuil national (96/100 000). Ce taux a considérablement baissé à La Réunion par rapport à la semaine 48 (43/100 000).
 
Le taux d’incidence connait une diminution dans toutes les classes d’âge sauf pour les 25-34 ans qui se stabilise. Il est en dessous du seuil d’alerte pour chaque tranche d’âge, hormis pour les 15-24 ans se situent à plus de 50/100 000.

Deux communes avaient un taux d'incidence supérieur à 50/100 000 en semaine 49 : Saint-Benoit et Saint-André.
 

Contact tracing : plus de 800 personnes contactées en une semaine


Depuis le 11 mai 2020, le contact tracing autour des cas confirmés signalés est assuré par une plateforme régionale réunissant l’Assurance maladie, l’Agence Régionale de Santé, avec l’appui de la cellule régionale de Santé publique France.
 
30 à 35 personnels de l’Assurance Maladie et de l’ARS sont mobilisés chaque jour. Plus de 800 personnes ont été contactées cette semaine et près de 26 000 depuis le 11 mars.
 

APPLICATION TOUSANTICOVID : une barrière supplémentaire

 
Tout en garantissant leur anonymat, TousAntiCovid prévient les personnes qui ont été à proximité d’une personne testée positive, afin que celles-ci puissent aller se faire tester et être prises en charge le plus tôt possible.
Cette application vient compléter l’action des médecins, de l’Assurance maladie et de l’ARS, en lien avec Santé publique France. Elle est téléchargeable sur Apple Store et Google Play. 

Renforcement du dispositif voyageurs à l'aéroport
 

Des tests antigéniques proposés aux voyageurs en provenance de Mayotte

 
Depuis le 22 novembre, l’ARS La Réunion et l’aéroport Roland Garros proposent, avec le concours du SIDIS, aux voyageurs en provenance de Mayotte la réalisation d’un test antigénique (Test à Diagnostic Rapide) dès leur arrivée au sein de l’aéroport.

Ce  test réalisé en quelque secondes et dont les résultats sont connus en moins de 30 minutes, permettra aux passagers de bénéficier sur place d’un diagnostic Covid.
 
La procédure d’accueil et de prise en charge est la suivante :
·         Après une information préalablement donnée avant le vol et dans l’avion, les passagers sont orientés vers une zone dédiée de l’aéroport par des agents du contrôle sanitaire aux frontières de l’ARS et de l’aéroport ;
·         Les personnes sont prises en charge par une équipe du SDIS : ils remplissent un formulaire d’informations puis un infirmier réalise le test dans un box dédié ;
·         Les résultats sont connus dans les 20 minutes :
o    Si le résultat est négatif : la personne quitte la zone et se rend en salle de livraison des bagages,
o    Si le résultat est positif : la personne récupère ses bagages et doit rentrer chez elle ou à son lieu de résidence tout en respectant les directives strictes qui lui sont transmises. La personne fait l’objet du contact tracing sans délai par l’Assurance maladie et l’ARS pour la prise en charge et la mise en œuvre des conditions d’isolement appropriées.