Coronavirus : les prix pourront être fixés par les préfets, prévient Annick Girardin

coronavirus
Bouclier Qualité Prix BQP
©Floris Houngbo / Imaz Press Réunion
Crise sanitaire, mais aussi économique. Les entreprises sont touchées et par conséquent les Réunionnais. Des Réunionnais qui doivent faire face à une augmentation des prix depuis plusieurs jours, rapportent les élus à la ministre des Outre-mer. Les préfets pourraient donc fixer les prix.

" C’est pas le moment… C’est pas le moment d’avoir ces tentations d’aller à la hausse, gardons la mesure des choses. Et si cela devait continuer je n’exclue pas l’idée, au-delà de la mission que je viens de renforcer sur le contrôle des prix, de demander aux préfets de fixer les prix de certains produits qui sont liés à cette lutte contre l’épidémie Covid-19 ", a déclaré hier la ministre des Outre-mer.


Annick Girardin était l’invitée, mardi 31 mars d’Outre-mer la 1ère. Lors d’une interview réalisée par Kessi Weishaupt, elle a fait le point sur la propagation du virus dans les Outre-mer et est revenue sur les mesures mises en place.
 
 

Un point sanitaire

La ministre est ainsi revenue sur les mesures de restrictions d’accès aux territoires ultramarins, comme la réduction des vols, de restrictions des déplacements, avec le confinement et la quatorzaine obligatoire mise en place pour les voyageurs, les moyens médicaux déployés, comme l’augmentation des lits service de réanimation dans les hôpitaux.

La question des masques et autres matériels de protection essentiels aux soignants, mais pas uniquement a aussi été évoquée, avec le cas particuliers des masques inutilisables à La Réunion.   

 

Hausse des prix et avitaillement

Annick Girardin a aussi tenu à rassurer les populations des territoires ultramarins quant à l’avitaillement. Elle assure ainsi que " pour l’instant, il n’y a pas de raison d’avoir peur ", indiquant que les marchandises arrivent par bateaux et par avions dans ces territoires.

La ministre dit aussi avoir entendu les alertes envoyées quant à la hausse des prix dans certains territoires. Une hausse qui n’a pas lieu d’être, selon elle. Elle prévient qu’une demande peut être faite aux préfets pour qu’ils fixent les prix.
 
 

Les élus réunionnais montent au créneau

Hier, mardi 31 mars, l’ensemble des parlementaires réunionnais, députés et sénateurs, ont adressé un courrier à la ministre des Outre-mer. Face à l’augmentation des marchandises constatées depuis plusieurs jours, ils lui ont ainsi demandé " d’enclencher la procédure de blocage des prix ", notamment sur les produits de première nécessité.

Lors d'un point téléphonique entre les parlementaires et Annick Girardin, lunid 30 mars, cette denière s'est montrée favorable à une réponse à cette demande dans le cadre de l'application de la Loi Lurel. Les parlementaires attendent désormais que cela soit fait.

Les élus demandent également à Annick Girardin qu’un courrier soit envoyé aux responsables de la grande distribution, commerçants, importateurs ou encore producteurs pour les mettre en garde contre toute spéculation et abus.

Et d’ajouter :
 

Madame la ministre, il y a urgence à agir ".

Les Outre-mer en continu
Accéder au live