Coronavirus : quelle prise en charge pour les patients positifs au Covid-19 ?

coronavirus
Coronavirus dépistage de masse
©maxnewsfour
Comment savoir si l’on est atteint par le coronavirus ? Vous avez été exposé, vous avez des symptômes, ou non, alors comment se faire dépister et pour quelle prise en charge ? Si vous vous posez ces questions, les réponses sont ici.
Plus de 300 cas de coronavirus ont été recensés à La Réunion depuis le tout premier, le 11 mars 2020. Un nombre de cas en constante augmentation et qui pourrait poursuivre sa progression, selon le Conseil départemental de l'ordre des médecins.

Parmi les personnes positives, une cinquantaine est actuellement hospitalisée, les autres cas sont prises en charge à leur domicile généralement. Cette prise en charge et le suivi des patients contaminés par le coronavirus répondent à un protocole désormais précis. D’abord, le patient doit être dépisté, ensuite pris en charge. L’hospitalisation n’est pas toujours nécessaire.

Alors que faire quand on pense avoir le Covid-19 ? Et surtout, qui peut aujourd’hui être concerné ?

 

Qui peut être concerné ?


Une personne qui aurait des signes de la maladie, ou se poserait des questions sur ces signes, parce qu’elle rentrerait de métropole depuis moins de 15 jours, qu’elle serait en contact ou qu’elle serait tout simplement dans la population générale, sans facteur de risque mais toussant et ayant de la fièvre.

En cas de doute, un test peut être fait sur internet : https://maladiecoronavirus.fr/
Mais attention, il ne s’agit en aucun cas un avis, une recommandation, un examen, un diagnostic, une prescription, ou tout autre acte de nature médicale notamment établi ou réalisé par un médecin ou un pharmacien.

Ce test vise simplement à informer pour contribuer à fluidifier la prise en charge des personnes par les services d’urgences pendant l’épidémie de Coronavirus. Il faut, quelque soit le résultat, prendre un avis médical. 
 
Lors d’un point à la préfecture sur les mesures de gestion mise en ouvres pour limiter la propagation du coronavirus, la présidente de la Commission Médicale d’Etablissement du CHU de La Réunion a détaillé le parcours du patient Covid-19.
 

" Il n’y a aucune raison qu’un patient Covid-19, suspect ou malade, ne puisse pas avoir accès à une prise en charge la plus parfaite possible ", a indiqué la professeure Frédérique Sauvat.

 

Se signaler et se faire dépister


Deux parcours sont possibles :
  • Soit appeler son médecin traitant en téléconsultation, qui va déterminer si la personne a des signes compatibles, ou non.
  • Soit appeler le 15, qui fera de même.
coronavirus centre d'appel samu 15 040420
©Solen Wackenheim / Imaz Press Réunion
Puis, deux cas de figure :
  • Soit le médecin, de ville ou du Samu, décide si l’état de la personne nécessite d’aller rapidement consulter aux urgences, parce que les signes peuvent inquiéter ou que la personne est à risque (personnes âgées, personnes diabétiques, insuffisants rénaux,…). La personne y sera alors examinée, la recherche d’autres maladies sera également faite et un dépistage peut être pratiqué au besoin.
  • Soit le médecin estime que la situation ne nécessite pas de se rendre à l’hôpital et va proposer à la personne d’avoir un test de dépistage, soit le jour-même, soit le lendemain matin. Le dépistage peut être effectué dans les Drive-test du CHU et des laboratoires privés. Si la personne est positive au Covid-19, elle sera rappelée via le Samu, une plateforme du CHU ou le médecin traitant.
coronavirus covid 19 drive test ipr 040420
©Richard Bouhet / Imaz Press Réunion

 

Hospitalisation ou maintien à domicile du patient Covid-19

Lorsqu’une personne est diagnostiquée positive au Covid-19, un rendez-vous de consultation lui est donné, soit en ville, soit dans une des filières ambulatoires du CHU, pour élaborer la prise en charge adaptée.
 
Covid-19 : L’Etang-Salé le docteur François Ronco a mis en place une unité d’accueil ambulatoire
©Loïs Mussard
Il s’agira alors de voir si le patient présente des signes médicaux qui nécessitent d’être hospitalisé ou non, respiration rapide ou de la fièvre, et si il présente des facteurs de risque.

Les caractères sociaux sont également pris en compte, car pour rentrer chez lui, un patient positif devra pouvoir respecter le confinement strict, seul dans une chambre, avec très peu de contacts avec l’extérieur.

 

Le suivi à domicile jusqu’à la guérison

Un patient, qui ne serait pas hospitalisé, sera suivi régulièrement par son médecin traitant, par la plateforme du CHU, voire par les infirmières qui appelleront régulièrement pour voir si la personne va bien. S’il n’y a pas de signes qui se développent.

En général, la guérison intervient en quelques jours avec du repos et, si besoin, un traitement contre la fièvre. En attendant, le patient doit surveiller son état de santé, en prenant sa température 2 fois par jour, en prenant du paracétamol pour faire baisser la fièvre. Ne surtout pas prendre d’anti-inflammatoire, comme l’ibuprofène sans avis du médecin. Le malade ne doit pas arrêter son traitement habituel non plus.

Le patient positif au Covid-19 doit aussi veiller à protéger son entourage, en :
  • évitant les contacts
  • en se tenant à distance
  • ne recevant pas de visite
  • restant le plus possible dans une pièce séparée et fermée.
Il doit bien sûr :
  • se laver régulièrement les mains
  • éviter de toucher son visage
  • utiliser un mouchoir jetable
  • désinfecter la salle de bains et les toilettes
  • ne pas partager ses objets de tous les jours.
L’entretien du logement doit être régulier :
  • aération des pièces au moins 10 minutes plusieurs fois pas jour
  • nettoyage et désinfection des zones de contact telles que les poignées de porte, meubles, sols, etc
  • la vaisselle doit aussi être lavée à au moins 60°C, tout comme le linge.
Les  personnes seules doivent demander à leurs proches de livrer leurs médicaments et leurs courses.

 

Se signaler dès que les signes apparaissent ou s’aggravent


Si l’état s’aggrave, le patient devra impérativement appeler son médecin traitant ou le 15. Une hospitalisation pourra alors être envisagée.

Il s’agit d’une maladie qui peut s’aggraver rapidement au bout de 8 jours de contamination.