Coronavirus à La Réunion : le nombre de cas explose, les clusters se multiplient, les autorités s’apprêtent à réagir

coronavirus
Le nombre de cas de coronavirus explose à La Réunion et les clusters se multiplient.
Le nombre de cas de coronavirus explose à La Réunion et les clusters se multiplient. ©Imaz Press
Alors que le nombre de cas de Covid-19 explose dans l’île, la préfecture de La Réunion, l’Agence Régionale de Santé et l’Académie tiennent une conférence de presse, ce vendredi 21 août, à 17h, sur les mesures de lutte contre le coronavirus. Le point ici.
Dans les heures qui viennent, La Réunion va passer la barre des 1 000 cas de coronavirus. Ces derniers jours, le nombre de nouveaux cas explose. Jeudi, 51 nouveaux cas et trois nouveaux clusters ont été annoncés par les autorités. Au total, le département compte six clusters actifs à ce jour et 996 cas de Covid-19 depuis l’apparition du virus en mars dernier à La Réunion.
 

Une conférence de presse à 17h à la préfecture

Ce vendredi 21 août, à 17 heures, une conférence de presse est prévue en présence de Jacques Billant, préfet de La Réunion, Martine Ladoucette, directrice générale de l’Agence Régionale de Santé de La Réunion et Francis Fonderflick, secrétaire général de l’académie de La Réunion. Ils doivent s’exprimer sur les mesures de lutte contre le coronavirus. Cette conférence sera à suivre en direct sur Réunion La1ère télé, radio et internet.
 

53 % de cas autochtones

Le virus circule partout dans l’île. La proportion de cas autochtone (53%) est désormais supérieure à celle des cas importés. Six clusters sont actifs, quatre à Saint-Denis, un à Sainte-Marie, et un à Saint-André. "Le nombre de tests augmente, mais le taux de positivité aussi, remarque le docteur Bernard-Alex Gaüzère, médecin référent sur Réunion La1ère. La semaine dernière, sur cent tests 0,5% personnes étaient positives, désormais 1,85% de personnes sont positives".
 

Sur quels critères fermer les établissements scolaires ?

Des cas de Covid-19 sont aussi déclarés dans plusieurs établissements scolaires de l’île, amenant les élus locaux à prendre des mesures restrictives. La dernière en date est la décision du maire de Saint-Benoît, Patrice Selly, de fermer l’école Emilie Moreau ce vendredi suite à une suspicion de cas de Covid. Finalement, le test est négatif et l’école rouvrira lundi. A Saint-Joseph, le maire Patrick Lebreton, a demandé la fermeture du lycée Pierre Poivre où un enseignant a été testé positif au Covid. La maire de Saint-Denis, Ericka Bareigts, avait déjà reporté la rentrée scolaire dans 24 établissements du chef-lieu.

Ces décisions posent des questions : faut-il fermer un établissement s’il y a suspicion de cas ou cas avéré ? Qui de l’ARS, le rectorat ou l’élu doit annoncer la fermeture d’une école, d’un collège ou d’un lycée ? Ce soir, lors de la conférence de presse, le préfet devrait définir une ligne de conduite à tenir lorsque le virus s’introduit dans les établissements scolaires. Hier, le maire du Port Olivier Hoarau, a demandé la fermeture de toutes les écoles durant deux semaines. Sur son compte Facebook, le rectorat de La Réunion assure qu’il ne faut pas "laisser les rumeurs dicter notre conduite".
 

D’autres mesures restrictives à venir ?

De leur côté, plusieurs maires de l’île ont aussi pris des décisions au sein de leur commune. Comme à Saint-Denis, le port du masque à l’extérieur est désormais obligatoire à La Possession, du Port, de Saint-Paul, de Trois Bassins, Saint-Leu et Saint-Louis. Plusieurs communes ont aussi annoncé la fin des rassemblements de plus dix personnes, l’annulation des manifestations culturelles et sportives ou encore la fermeture des sites culturels et sportifs, comme à Trois-Bassins. Ce matin, Bras-Panon annonce aussi de nouvelles mesures restrictives. Hier, la maire de la Possession, Vanessa Miranville, a même demandé le retour à l’état d’urgence sanitaire.

Ce vendredi soir, la préfecture de La Réunion pourrait prendre des mesures restrictives sur l’ensemble du territoire afin d’harmoniser la lutte contre le coronavirus dans l’île. L'objectif est d'arriver à définir une stratégie collective, pour éviter les initiatives isolées.
  

Le niveau d’alerte ?

Si le nombre de cas explose, la situation se complique aussi au CHU de Saint-Denis. Trente-huit personnes sont actuellement hospitalisées au CHU de Saint-Denis, dont neuf en réanimation. La Réunion a-t-elle atteint le niveau d’alerte ? Pour cela, il faut que plusieurs critères passent au rouge, tels que le taux de positivité aux tests, ou encore le taux d’occupation des lits en réanimation. Même si la situation se dégrade, ce n’est pas encore le cas pour le moment.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live