Coronavirus : seul 30% des voyageurs se font dépister à l'arrivée

coronavirus
Réalisation d'un test de dépistage au coronavirus (photo d'illustration).
Réalisation d'un test de dépistage au coronavirus (photo d'illustration). ©Imaz Press

L'île de La Réunion a été une destination prisée par les touristes. Mais suivent-ils les recommandations de l'ARS en effectuant le dépistage à J+2? Seul un voyageur sur trois effectuerait ce dépistage. Dans le centre de dépistage du Stade de l'Est, c'est moins de 200 personnes par jour.  

"Il y a des personnes âgées dans ma famille, alors je préfère être tranquille avant d'aller les voir", confiait un voyageur à Réunion La 1ère. Les passagers arrivant à La Réunion ne sont plus soumis aux motifs impérieux, un test PCR est toujours exigé avant d'embarquer.

L'Agence Régionale de Santé rappel aux voyageurs que les dépistages à l'arrivée sont recommandés, mais voilà qu'ils sont peu nombreux à se rendre dans les centres de dépistages une fois à La Réunion. Seul 30% des passagers effectuent ce dépistage. Une petite minorité qui préfère être prudente. "C'est plus serein, pour éviter qu'il y ait des cas Covid. C'est plus raisonnable, je trouve, surtout en temps de crise", témoigne un second voyageur. 

Au centre de dépistage du petit Stade de l'Est, il n'y a pas d'affluence, et cela malgré la période de vacances. "C'est une période après les fêtes, une période touristique et pourtant, il n'y a personne qui vient se faire dépister", explique Damale Pham-Si, la référente Covid au petit Stade de l'Est. 

(Re)voir le reportage de Réunion La 1ère : 

"J'aime La Réunion, je me fais dépister" 

"La loi française ne peut pas obliger quelqu'un à se faire dépister, mais il est dommage que les gens ne prennent pas leur responsabilité", expliquait le Docteur Bernard-Alex Gaüzere sur le plateau de Réunion La 1ère. 

Le test à l'arrivée n'est pas obligatoire, il est recommandé par les autorités, contrairement à celui exigé pour pouvoir voyager. Au petit Stade de l'Est, la référente Covid constate la diminution du nombre de dépistage : "avant les fêtes, c'était environ 300 personnes par jour, et depuis c'est entre 150 à 200 personnes", explique Damale Pham-Si. 

Le trafic aérien a été chargé pendant la période des fêtes. L'une des conséquences de la crise sanitaire et de la fermeture des frontières dans plusieurs pays. Ce sont quelques milliers de passagers qui sont arrivés à La Réunion. Selon Priscilla Savrimoutou, infirmière préleveuse au centre de dépistage : "On a constaté la diminution des tests dans les centres de dépistages par rapport aux nombres de vacanciers. Et les gens ne jouent pas le jeu", conclut-elle. 

(Re)voir l'intervention du Docteur Bernard-Alex Gaüzere au journal de Réunion La 1ère : 

Invité du Journal, Dr Gauzere

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live