Coronavirus : un cas de variant Omicron confirmé, 2 140 nouveaux cas et trois décès en une semaine à La Réunion

coronavirus
Covid-19 : le variant Delta concerne désormais plus de 47 % des contaminations à La Réunion
©Imaz Press
La préfecture et l'Agence Régionale de Santé annoncent, ce mardi 30 novembre, 2 140 nouveaux cas de coronavirus et trois décès du 20 au 26 novembre à la Réunion. Le taux d'incidence atteint désormais les 250 cas pour 100 000 habitants. Un premier cas de variant Omicron a été identifié sur l'île.

La préfecture de La Réunion et l'Agence Régionale de Santé annoncent, ce mardi 30 novembre, 2 140 nouveaux cas de coronavirus et trois décès dans l'île du 20 au 26 novembre. Trois malades sont décédés : originaires de la Réunion, tous étaient agés de plus de 75 ans, ne présentaient pas de comorbidité et aucun n’était vacciné.

La circulation du Covid-19 continue de s'intensifier à La Réunion, avec, pour la première fois en France, un cas de variant Omicron identifié ce mardi matin. Il s'agit d'un homme de 53 ans qui est passé par le Mozambique et l'Afrique du Sud avant de rentrer à La Réunion.

Un taux d'incidence de 250/100 000 habitants 

Depuis plus d'un mois, les principaux indicateurs de suivi de l’épidémie sont en hausse. Le nombre de nouveaux cas hebdomadaires est passé de 1 875 cas la semaine précédente à 2140 cas du 20 au 26 novembre,. 

Le taux d’incidence atteint 250/100 000 habitants (contre 219 la semaine précédente) et le taux de positivité stagne à 4,3% (identique à la semaine précédente). 

Le nombre de dépistages réalisés sur la semaine est en nette augmentation, soit 49 431 tests réalisés, chiffre le plus haut jamais atteint.

Parmi les 2140 nouveaux cas de la période, on note pour les cas renseignés :  

  • 1 797 cas classés autochtones,
  • 25 cas classés importés,
  • 2 cas classés autochtones secondaires.

Compte tenu des 57 781 guérisons et des 384 décès depuis le début de la crise sanitaire, 3 023 cas sont encore actifs à ce jour.

61 188 cas ont été investigués à ce jour par l’ARS, Santé publique France et l’Assurance Maladie.

Un premier cas de variant Omicron

Un cas positif au variant « Omicron » a été identifié le 30 novembre. La personne arrivée de l’île Maurice après un voyage en Afrique Australe a été placée immédiatement à l’isolement à son domicile. Les cas contacts à risque ont également été identifiés et mis à l’isolement.

Le résultat du séquençage effectué sur un autre cas considéré jusqu’à hier comme suspect est aujourd’hui négatif. Un troisième cas suspect, sans lien avec les précédents est encore en cours de séquençage.

95,90% de variants delta

Du 20 au 26 novembre, 2043 tests positifs ont été criblés pour identifier une mutation : 1 781 cas présentaient une des mutations spécifiques sous surveillance, soit une proportion de 87%, comme la semaine précédente.

Le variant Delta représente plus de 95,90 % des mutations détectées.

18 patients en réanimation

Compte tenu de l’évolution des derniers jours (11 entrées du 20 au 23 novembre), 18 lits de réanimation sont occupés à ce jour par des patients positifs à la Covid-19, sur les 74 lits de soins critiques installés à La Réunion, soit le quart des capacités installées. La situation est relativement stable depuis la semaine dernière.

Sur les personnes admises en réanimation depuis le 1er novembre :

  • 79% sont des hommes et 21% des femmes ;
  • 21% sont âgées de 15 à 44 ans, 42% sont âgées de 45 à 64 ans, 32% sont âgées de 65 à 74 ans, et 5 % ont plus de 75 ans ;
  • 95% ont des comorbidités.

A noter : depuis le 1er juin, 96,3% des patients hospitalisés en service de réanimation ne disposaient pas d’un schéma vaccinal complet.

55 clusters actifs

Au 30 novembre 2021, 55 clusters sont actifs et 510 ont été clôturés.

Parmi les clusters actifs, on note :

  • 13 clusters à criticité modérée situés dans les communes du Port (2), de Saint-Denis (5), de Saint-Paul (3) et de Saint-Pierre (3)
  • 4 clusters à criticité élevée situés dans les communes de Saint-Denis (2), de Saint-Louis (1) et de Saint-Pierre (1)

Où et comment se faire dépister à La Réunion ?

Le meilleur moyen de ralentir la progression du virus dans l’île est de stopper le plus tôt possible les chaînes de transmission via le dépistage et l’isolement. Pour se faire dépister, différents lieux sont accessibles avec ou sur rendez-vous selon le site :

30 laboratoires d’analyse médicale,

  • les sites du CHU et du GHER,
  • plus de 100 pharmacies volontaires,
  • certains professionnels de santé,
  • lors des opérations de dépistage organisées par l’ARS.

Seuls les tests réalisés dans un but de dépistage sont désormais pris en charge l’Assurance Maladie. Ils sont aussi pris en charge si vous êtes mineur, si vous êtes vacciné, si vous présentez des symptômes (sur prescription médicale) ou si vous êtes cas contact.

Point sur la vaccination

Plus de 1 039 000 injections depuis le début de la campagne à La Réunion. 

Du 22 au 28 novembre, près de 20 000 injections ont été effectuées dans l’île.

Le nombre de rappels est en hausse.

A ce jour, 531 953 personnes ont reçu au moins une injection.

75,7% de la population éligible (de plus de 12 ans) est engagée dans un parcours vaccinal soit 62,1 % de la population totale, 73,1% de la population éligible présente un schéma vaccinal complet soit ou 60 % de la population totale.

Les recommandations

Face à l’accélération de la circulation virale, la préfecture et l’ARS rappellent la nécessité de :

  • Porter le masque dans l’espace public et dans les lieux clos (lieu de travail, commerces, transports et tout lieu de rassemblement couvert).
  • Se laver régulièrement les mains ou utiliser une solution hydro-alcoolique et éviter de se toucher le visage
  • Respecter une distance d’au moins deux mètres avec les autres et limiter au maximum ses contacts sociaux
  • Aérer les pièces de son domicile ou de son lieu de travail le plus souvent possible
  • Saluer sans se serrer la main et éviter les embrassades
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir à usage unique
  • Utiliser l’application TousAntiCovid pour notamment être informé d’un contact avec une personne positive.