Coronavirus : une rentrée des élèves le 18 mai à La Réunion

éducation
école à la maison
©pixabay
Comme annoncé par le président de La République la fin du confinement, prévue pour le 11 mai, se traduira à La Réunion par l’ouverture à compter du jeudi 14 mai, au retour des vacances, des écoles, collèges et lycées pour un accueil sécurisé et très progressif des élèves le lundi 18 mai.
L'accueil des élèves se fera avec des modalités de reprise des cours qui restent des hypothèses de travail et de réflexion :
  • classes charnières (GS, CP...),
  • classes d’examens
  • ateliers
Cette reprise des classes se fera soit en mode présentiel, soit en distanciel ou encore sur un mode hybride alliant le distanciel et le présentiel.
 

Une reprise sécurisée et progressive pour les élèves


Cette reprise progressive devra s’effectuer en veillant particulièrement à la sécurité sanitaire des personnels et des élèves. Ce qui signifie notamment que l’hypothèse la plus probable sera celle d’un travail par groupes de 12 à 15 élèves par salle de classe.

Depuis le début de la semaine, un travail est mené avec les collectivités, les mairies, Le Département et La Région. L’ensemble des conditions nécessaires sont détaillées et examinées pour préparer au mieux les établissements à accueillir les personnels pour une pré-rentrée les jeudi 14 et vendredi 15 mai, et progressivement les élèves à partir du lundi 18 mai.

Ce travail, de co-construction avec les collectivités et leurs services, devrait permettre une reprise sécurisée notamment pour que les besoins essentiels soient assurés : nettoyage, désinfection, mise à disposition de gel hydroalcoolique et de savon. En effet, si dans certains cas, les conditions d’hygiène et de sécurité sanitaire n’étaient pas remplies, une non-réouverture des écoles et établissements sera décidée conjointement. L’enseignement en distanciel sera alors poursuivi pour tous les élèves.

En fin de semaine prochaine, des informations complémentaires seront données par le Premier ministre et le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse sur les modalités du déconfinement. Elles seront déclinées au plus près des réalités locales en tenant compte de l’environnement social et culturel de l’Académie. Les organisations syndicales, le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail académique (CHSCTA) ainsi que les associations de parents d'élèves seront consultés.

Les informations concernant l’enseignement, l’internat et la demi-pension, les transports scolaires seront précisées pour chaque école et chaque établissement.

Une fois les modalités de reprise fixées, en lien avec les familles dans chaque école, chaque collège et chaque lycée, une information sera faite par les directeurs d’école et les chefs d’établissement.
 

Les syndicats tirent la sonnette d'alarme


Le syndicat CFTC Enseignement Public et Recherche prend acte de la décision de l'Académie de La Réunion et s'inquiéte "des conjectures" et du "flou" qui entourent cette rentrée. 

Bon nombre d'entre eux (enseignants) présentant des pathologies à risque ne pourront reprendre. Comment seront ils remplacés, en sachant que déjà, dans la situation normale, le contingent de remplaçants est loin d'être suffisant?

 

Le syndicat s'interroge également sur le nettoyage des établissements et sur l'approvisionnement suffisant de matériels de protection individuelle comme les masques, les gants, les visières ou les gels anti-bactérien. 

Est-il nécessaire de reprendre du 18 mai au 4 juillet de façon alternée ? Ne vaut-il mieux pas préparer au mieux la rentrée de septembre ?


Pour la CFTC, une reprise n'est pas possible car beaucoup de parents n'enverront pas leurs enfants à l'école en mai. 

Des inquiétudes que partagent la FSU. Distanciation sociale ou encore mesures de protection semblent difficiles à mettre en oeuvre dès le mois de mai dans les salles de classe.

Guillaume Aribaud, porte-parole du syndicat, est l'invité du journal de 19h:

Interview de Guillaume Aribaud du FSU


Point d'étape sur la cinquième semaine de continuité pédagogique


Cette cinquième semaine est marquée par la montée en charge du dispositif « devoirs à la maison » pour les élèves en situation de déconnexion numérique débutée la semaine dernière. 150 écoles et établissements scolaires sont actuellement inscrits sur la plate-forme, mise à disposition par La Poste, pour l’envoi par voie postale des exercices sur supports papier à leurs élèves non équipés en matériel informatique et dans l’impossibilité de venir les récupérer sur place, dans l’école ou l’établissement.

Depuis le lancement du dispositif, les données de La Poste confirment bien l’envoi quotidien de 10 000 pages vers 1 200 familles repérées par les écoles et établissements. Chaque jour, la vague de 10 000 nouvelles pages touchera donc 1 200 nouvelles familles. L’objectif pour l’académie est que tous les élèves hors connexion reçoivent à domicile le travail à faire sur la semaine.

Des tablettes numériques en prêt pour les élèves

La mise à disposition de tablettes aux familles des écoliers a débuté dans deux communes : à Saint-Joseph (prêt de 35 tablettes, dont 20 appartenant à la mairie et 15 appartenant à l’académie) et à Saint-André (plan de don de 500 tablettes aux familles par le CCAS).
Pour d’autres collectivités (Saint-Denis, l’Étang-Salé, Petite-Île, Saint-Louis, Saint-Paul) volontaires pour prêter les tablettes leur appartenant, des conventions cadre avec l’académie sont en cours d’élaboration.

Le gouvernement a autorisé les cités éducatives qui ont signé leur convention financière à consacrer 15% de leur budget annuel au financement de l'achat de tablettes et de clés 4G pour les familles en déconnexion numérique. La cité éducative du Port, qui a été la première signataire en France, dispose ainsi d'une enveloppe de 60 000 € qui va permettre de réduire le fracture numérique pour plus de 300 élèves de la ville, dans les premier et second degrés. En complément de ce dispositif, près de 250 tablettes seront proposées aux familles par l'association Agame et la fondation Orange.

D'une façon plus générale, le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Jean-Michel Blanquer et le ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie ont annoncé un plan pour la continuité éducative dans les quartiers prioritaires, qui se traduit pour La Réunion par une enveloppe de 94 000 € qui sera mise à disposition des 13 programmes de réussite éducative (PRE) que compte le territoire pour le financement de matériel informatique.

Dans le second degré, on note que depuis la mise en place du protocole de prêt par le Département et l’académie, le taux de connexion par jour augmente de façon exponentielle. Par exemple, a été observé un pic de connexion de 2 343 tablettes dans la journée du 21 avril.

L’opération « Nation apprenante »

L’opération « nation apprenante » menée en partenariat avec les médias audiovisuels et la presse écrite pour proposer des contenus de qualité en lien avec les programmes scolaires et renforcer ainsi l’action à distance auprès des élèves et des familles est désormais menée à bien avec les deux chaînes de télévision locales, Réunion La 1ère et Antenne Réunion, ainsi que les deux titres de presse quotidienne régionale, le JIR et le Quotidien.

L’accueil des enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire

Cette semaine, environ 290 personnels de l’éducation nationale, 260 la semaine dernière, étaient présents dans 43 écoles et 10 collèges pour accueillir des enfants des personnels indispensables pour la gestion de la crise sanitaire.
Le nombre d’élèves accueillis se stabilise : 330 en moyenne cette semaine dans les écoles, 300 la semaine dernière, et environ 50 dans les collèges, comme la semaine dernière. Cet accueil fonctionne depuis le premier jour dans le respect des gestes barrières.

Pour les vacances du mois de mai, un accueil continuera à être proposé pour ces enfants. Le dispositif est en cours d’élaboration en partenariat étroit avec la Direction départementale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale. Les familles seront contactées individuellement pour leur faire des propositions.

Accompagner les équipes éducatives

Les inspecteurs du premier et du second degrés sont toujours mobilisés pour accompagner les enseignants dans la continuité pédagogique nécessaire à la poursuite des apprentissages. Ils sont accompagnés dans leur tâche par la délégation académique au numérique éducatif (la DANE), qui met à disposition des équipes des présentations interactives en ligne (webinaires) pour les aider à prendre en main de nouveaux outils numériques et par Canopé qui propose ses ressources, ses formations et son savoir-faire dans la réalisation de ressources locales.

L’accompagnement et la formation des enseignants aux outils numériques

La délégation académique au numérique éducatif poursuit son programme de formation en ligne : les webinaires sont des moyens de présentation, de formation d’outils et d’échanges entre pairs qui restent très appréciés. Le nombre de participants est en progression continue. À titre d’exemple, près de 1 000 inscriptions ont été faites sur les thèmes “Stimuler la production orale” dans le premier degré et “Organiser la restitution des productions d’élèves” dans le second degré.
Les webinaires et les tutoriels vidéos sont référencés sur le site académique de la DANE.

Canopé a également proposé des formations en « Atelier visio » suivis par prêt de 300 enseignants de l’académie, essentiellement des professeurs documentalistes, dont une session de sensibilisation à la protection des données personnelles sous la forme d’une « cryptopartie ». Ces formations vont se poursuivre jusqu’à la reprise des cours.

Des usages développés grâce aux réseaux et infrastructures consolidés

Dans le premier degré, l’académie est passée de 321 blogs d’écoles (73 %) au 3 avril à 413 blogs en activité (94 %) au 23 avril. Le nombre de visiteurs sur ces blogs est en croissance régulière. Cette modalité devient un réel moyen de communication entre la famille et les enseignants. Les moyens techniques dévolus à ces blogs de continuité pédagogique sont extrêmement sollicités pour absorber les opérations s’y déroulant (connexions, dépôts de fichiers...) 

Concernant les usages de l’espace numérique de travail dans le 1er degré, ils se poursuivent et continuent de progresser par rapport au mois précédent avec plus de 120 000 connexions depuis le début du mois d’avril. L’application la plus utilisée est le « cahier de texte ». La mise en place d’une organisation de travail sur la semaine par les enseignants, nécessite moins de visites répétitives de l’ENT par les familles pour l’accès au travail et ressources.
Dans le second degré, les services de l’espace numérique de travail Métice sont toujours très sollicités depuis le début du confinement. On observe une forte utilisation de Pronote (plus de 100 000 visites par jour) et de la messagerie pédagogique (plus de 50 000 visites par jour).

Selon les statistiques fournies par le CNED, près de 14 000 classes virtuelles ont été organisées par des enseignants de l’académie la semaine dernière. À noter que si plus de 3 000 sessions sont organisées les mardi, jeudi et vendredi, on en compte également plus de 300 le samedi et près de 400 le dimanche.

La cellule d’écoute RH pour les personnels en difficulté

Le dispositif d’écoute, d’aide et de soutien, avec une ligne téléphonique dédiée (0262 48 13 30) mis en place pour les personnels rencontrant des difficultés professionnelles ou personnelles, en garantissant la confidentialité, a reçu 17 appels cette semaine (12 la semaine dernière). Elle sera maintenue pendant les vacances du mois de mai.
Les horaires d’ouverture de la cellule : du lundi au vendredi, de 9h à 12h le matin et de 14h à 16h l’après-midi.

Terminer l’année scolaire et préparer la rentrée 2020

Concernant le calendrier et les modalités des concours d’entrée dans les grandes écoles, qui recrutent à l'issue des classes préparatoires (CPGE), la session 2020 s'inscrira dans le cadre suivant, et sous réserve des mesures sanitaires qui seront en vigueur à cette période :

  • Les épreuves des concours d'entrée dans les grandes écoles seront organisées du 20 juin au 7 août.

  • Les épreuves écrites seront organisées dans l’ordre défini dans le cadre du comité de pilotage et de façon à garantir la sécurité des candidats, dans le respect le plus strict des consignes sanitaires en vigueur. Les écoles, notamment militaires, ayant des contraintes particulières de recrutement pourront prévoir sous leur responsabilité légale des épreuves additionnelles, dans le respect de ce calendrier.

  • Les candidats auront accès à leur classement par école au plus tard le 8 août, pour un début des procédures d’appel à partir du 12 août au plus tard, afin de permettre le maintien des dates de la rentrée de septembre.