Covid-19 : le patrouilleur Le Malin est arrivé à Mayotte avec à son bord des stocks d'oxygène

coronavirus
Le patrouilleur de la marine nationale Le Malin est arrivé à Mayotte avec à son bord des stocks d'oxygène
Arrivée du patrouilleur de la marine nationale Le Malin à Mayotte avec à son bord des stocks d'oxygène ©Armée française - Opérations militaires

Il avait quitté La Réunion le vendredi 12 février pour venir en renfort à Mayotte, le patrouilleur de la Marine nationale Le Malin est bien arrivé à destination. Le navire a accosté hier, avec à son bord des stocks d'oxygène pour l'hôpital. 

Habituellement basé à La Réunion, le patrouilleur Le Malin a été réquisitionné pour venir en aide à Mayotte dans sa gestion de la crise sanitaire. Parti le vendredi 12 février, le navire a accosté l'île au parfum, hier lundi, avec un peu d'avance sur son programme initial. 

 

Des bouteilles et concentrateurs à oxygène à son bord

La mission principale de ce patrouilleur est d'apporter du renfort à Mayotte. Et il faut dire que le département en a bien besoin. Les dernières données de l'ARS sont préoccupantes, les indicateurs n'ont jamais été aussi élevés. A bord du navire, 30 bouteilles d'oxygène et 10 concentrateurs destinés au CHM, le centre hospitalier de Mayotte. L'oxygène étant primordiale pour certains patients hospitalisés atteints du Covid-19. 

 

Surveillance des frontières

Le Malin aura également pour mission de renforcer "quelques jours" le dispositif de contrôle aux frontières. Autrement dit il sera chargé de surveiller l'arrivée à Mayotte des Kwassas Kwassas en provenance des Comores. Par ailleurs, 39 militaires du service de santé des armées devraient également venir en renfort pour augmenter la capacité en réanimation de l'hôpital de Mayotte. 

 

Le 101ème département fait face actuellement à une nouvelle vague de Covid-19. Mayotte est le seul territoire reconfiné, avec un taux d'incidence de 843 cas pour 100.000 habitants, c'est le plus élevé de tous les territoires français, sans compter les nombreux cas de variants sud-africains. 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live