Covid-19 : le préfet se donne 15 jours pour décider d’un éventuel allègement des mesures

coronavirus
Jacques Billant, le préfet de La Réunion.
Jacques Billant, le préfet de La Réunion. ©Imaz Press

Ce mardi 1er juin, le préfet de La Réunion, Jacques Billant, a rencontré les maires pour le point hebdomadaire sur la situation sanitaire. Il y aurait une légère amélioration des chiffres du Covid. Les mesures pourraient s’assouplir, le préfet se donne 15 jours pour décider.

Les derniers chiffres du Covid-19 à La Réunion sont attendus ce mardi 1er juin en fin de journée. Ce matin, le préfet de La Réunion, Jacques Billant, s’est entretenu avec les maires de l’île pour le point sanitaire hebdomadaire.

Deux semaines pour se prononcer

Selon nos informations, le préfet aurait indiqué aux maires que les chiffres seraient en légère amélioration sur la semaine dernière. Que va-t-il décider pour la  suite du plan de désescalade ?

A ce jour, aucune échéance n’est fixée pour l’assouplissement des mesures. Toujours selon nos informations, les autorités se donnent encore deux semaines pour se prononcer sur un éventuel allègement des mesures. En effet, de nombreux rassemblements familiaux ont eu lieu dimanche dernier pour la fête des mères, faisant craindre une reprise épidémique.

Le préfet devrait donc attendre les chiffres des jours qui viennent avant d’annoncer ses décisions pour notre département.

Quel assouplissement à venir ?

La semaine dernière, la situation sanitaire était fortement dégradée dans l’île avec un taux d’incidence de 156 cas pour 100 000 habitants. Les autorités annonçaient 1 335 nouveaux cas en une semaine, dont 73% étaient des variants. Dans la foulée, le préfet de La Réunion, Jacques Billant, avait annoncé qu’il ne mettrait pas en œuvre, au 9 juin, la troisième étape de son plan de désescalade.

Si la situation s’améliore dans les deux semaines à venir, cette troisième étape serait donc à nouveau envisageable. Elle impliquerait alors le décalage du couvre-feu à 23h, la réouverture totale des bars et restaurants en intérieur, la réouverture des salles de sport ou encore l’autorisation des rassemblements de 5 000 personnes.

Et les motifs impérieux ?

Dans tous les cas, ces mesures d’allègement ne devraient pas entrer en vigueur pour la fête de la musique du 21 juin prochain. Les autorités voudraient là encore limiter le risque de propagation du virus lors de cette manifestation.

Enfin, au sujet des motifs impérieux pour les voyages, leur levée est toujours prévue au 9 juin pour les personnes totalement vaccinées.