Covid-19 : les marchés forains ferment

coronavirus
Covid-19 - petit marché avant fermeture
©Géraldine Blandin
Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé, ce lundi soir, qu'il avait décidé de durcir les règles de confinement. L'une des mesures annoncées concerne les marchés ouverts qui sont interdits à compter d'aujourd'hui. 
Edouard Philippe a ainsi annoncé la fermeture des marchés ouverts, comprenez les marchés forains, bien que des dérogations soient envisageables dans certains cas, notamment lorsque le marché est "le seul moyen d'avoir accès à des produits frais" dans la commune.

A Saint-Denis, la municipalité a d'ores et déjà annoncé  que l’ensemble des marchés forains qui ont lieu sur le territoire communal, au Chaudron, aux Camélias ou encore à La Source, ainsi que le Petit Marché seront totalement fermés à partir de ce mercredi 25 mars et ce, pour une durée indéterminée.
 

Du monde aujourd'hui au Petit Marché


Alors que la fréquentation était plutôt calme depuis la mise en place du confinement, ils étaient nombreux ce matin au Petit Marché de Saint-Denis. Clients et bazardiers qui échangeaient sur cette mesure du gouvernement tombée tard dans la nuit. Des bazardiers mécontents, notamment, d'apprendre la nouvelle de leur fermeture de la bouche de leurs clients. Les dionysiens, eux, sont venus faire leur dernière provision de fruits et légumes. 
 
Covid-19 - petit marché avant fermeture
3 ©Géraldine Blandin
Covid-19 - petit marché avant fermeture
©Géraldine Blandin
Covid-19 - petit marché avant fermeture
©Géraldine Blandin

Le Petit Marché de Saint-Denis fermera ses portes aujourd'hui à 18h. 

Le reportage de Géraldine Bladin: 

Saint-Paul ferme aussi ses marchés


La commune de l'Ouest annonce prendre acte de la volonté du gouvernement. L'ensemble des marchés forains de Saint-Paul sont ainsi fermés jusuqu'à nouvel ordre.
 


Fermeture à Sainte-Marie


A l'image de Saint-Denis et Saint-Paul, la ville de Sainte-Marie ferme également ses marchés.


Bras-Panon ferme, et demande une dérogation pour après


Dans un communiqué, la mairie de Bras-Panon annonce la fermeture de son traditionnel marché forain du jeudi pour ce 26 mars 2020, mais une demande sera formulée en Préfecture afin d'obtenir une dérogation pour reprendre la vente des fruits et légumes sur la commune dès le 2 avril. 


Afin de permettre à la population de s’approvisionner en produits frais et pour soutenir l’activité des agriculteurs, un dossier de demande de dérogation a été présenté à la préfecture de La Réunion, pour obtenir le droit éventuel d’organiser le marché forain à compter du jeudi 2 avril prochain. Les mesures de sécurité sanitaire adaptées seront mises en œuvre pour prévenir contre toute diffusion du COVID-19. A titre exceptionnel, seuls les forains habituellement présents sur le marché de Bras-Panon seront autorisés à y prendre part.


La Chambre Verte demande le maintien des marchés forains


Dans un courrier adressé au Préfet et aux 24 maires de l'île, la Chambre d'Agriculture demande le maintien dans le département des marchés forains. 


"Dans le contexte actuel, il est essentiel de continuer à assurer à nos compatriotes un approvisionnement de qualité en productions alimentaires qui par ailleurs permet aux agriculteurs de valoriser leurs productions."


La Chambre Verte qui profite également de l'occasion pour demander la distribution de masques notamment aux agriculteurs en lien avec les consommateurs. 

Jean-Luc Taïlamé, le Président de l'antenne locale de la Fédération des Marchés de France a tenu également à s'exprimer par voie de communiqué:

" Mon propos est de rappeler les engagements pris par notre fédération nationale, et de confirmer que si ces engagements ne peuvent pas être tenus, dans la pratique, sur certains marchés, il est "normal" que les mesures se durcissent. (Avec la réserve que la population ira en masse vers la grande distribution et que là les rapprochements de personnes seront plus importants). Mais mon propos est aussi de dire que si les entreprises jouent le jeu, en acceptant d'arrêter de travailler, si la population locale joue le jeu en respectant les consignes de confinement, LA CONTREPARTIE est que l'ETAT gère sérieusement le controle et le suivi des "entrants" à la Réunion et de leurs proches. Sans cela TOUS NOS EFFORTS SERONT VAINS."

Le Président du Département demande une réunion d’urgence au Préfet, avec les maires


Compte tenu de la possibilité aux Préfets de délivrer des autorisations dérogatoires d’ouverture de marchés forains sur les territoires, le Président du Département, Cyrille Melchior, indique par voie de communiqué avoir sollicité Jacques Billant pour qu’une rencontre soit organisée dans les meilleurs délais, avec les maires de l'île, afin d’étudier la mise en place d’adaptations spécifiques locales. En effet, les espaces de commercialisation que sont les marchés forains permettent l’écoulement de près de 70 % des productions agricoles. 


« Si je ne peux que partager l’impérieuse nécessité de protéger notre population face à cette terrible épidémie, je m’interroge pour autant sur les bénéfices réels, au plan sanitaire, apportés par cette fermeture des marchés forains. Celle ci aura pour conséquence un report inévitable des consommateurs vers d’autres modes d’approvisionnement dont les conditions ne m’apparaissent pas remplir de façon évidente de meilleurs critères sanitaires pour accueillir un afflux supplémentaire de clients. A contrario, des adaptations spécifiques seraient à examiner au plus vite comme alternatives à la fermeture brutale des marchés » - Cyrille Melchior.


Les nouvelles règles de confinement


En plus des marchés ouverts fermés, sauf dérogation, Edouard Philippe a également annoncé d'autres mesures hier soir afin de durcir le confinement. 

Concernant les activités sportives, la population pourra « sortir pour promener ses enfants ou faire du sport (..) dans un rayon de 1 km de chez soi, pour maximum une heure. » Il faudra bien noter l'horaire sur l'attestation sur l'honneur qu'il faut écrire pour chaque sortie.

Concernant les visites médicales, il faudra désormais une urgence ou une convocation d'un médecin pour ne pas être sujet à une amende. Les sanctions pour non-respects des règles définies vont être durcies. "L'amende est de 135 euros, elle peut être majorée à 375 et 1500 euros en cas de récidive", a mis en garde le chef du gouvernement.

Le Premier ministre a écarté l'idée d'un couvre-feu national, mais il a précisé qu'il soutiendrait les maires et préfets qui pendraient cette décision, comme cela a déjà été le cas dans 40 villes en France. 

Enfin concernant les funérailles, ces dernières seront limitées à une vingtaine de personnes. 

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live