publicité

Crise sociale : le préfet de La Réunion sort échanger avec des gilets jaunes qui commencent à s'organiser

Pour la première fois depuis le début de la crise sociale à La Réunion, le préfet Amaury de Saint-Quentin est sorti sur le perron de la préfecture afin d’échanger avec des gilets jaunes rassemblés en nombre ce samedi 24 novembre à Saint-Denis.

Le préfet sort échanger avec des gilets jaunes. © Laura Philippon
© Laura Philippon Le préfet sort échanger avec des gilets jaunes.
  • Par Laura Philippon
  • Publié le
Mégaphone en mains, le préfet de La Réunion, Amaury de Saint-Quentin s’est adressé aux gilets jaunes, ce samedi 24 novembre. Après avoir reçu une délégation de la société civile et des gilets jaunes, le préfet a décidé de venir à la rencontre des manifestants rassemblés sous les fenêtres de la préfecture de Saint-Denis.
 
 

"Ce que j’attends de vous c’est que vous me fassiez remonter vos revendications, vos difficultés, et vos propositions", a lancé Amaury de Saint-Quentin dans un mégaphone face à plusieurs centaines de gilets jaunes qui ont ensuite pris la parole. Parmi eux Stéphane : "Vous connaissez notre situation ici La Réunion, vous connaissez les revendications, le problème de la vie chère, et de l’emploi, pourquoi attendre l’arrivée de la ministre des Outre-mer mercredi ? Est-ce qu’on va devoir attendre et restez dans la rue à continuer à souffrir ? Pourquoi attendre la ministre ?", a-t-il répété.
 

Le temps du dialogue

En face, le préfet de La Réunion a affirmé qu’il avait "besoin pour travailler de savoir ce qu’attendait les uns et les autres". "Je vous remercie de cette première démarche constructive qui a été faite. Vous m’avez fait remonter dans ce document vos revendications provenant de l’ensemble des barrages de l’île. C’est important pour que nous puissions entrer dans le temps du dialogue le plus tôt possible. C’est pour cela que je suis avec vous maintenant et je vous incite à continuer à la faire".

Après une demi-heure d’échanges, Amaury de Saint-Quentin est retourné en préfecture. Il a expliqué que comme lui, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin irait échanger avec des gilets jaunes afin de « d’entendre leurs revendications ». Elle est attendue à partir de mercredi dans l’île.
 

Les gilets jaunes recueillent des revendications

De leurs côtés, les gilets jaunes s’organisent et se structurent. Ce matin, ils ont recueilli les revendications des manifestants. Ces doléances seront regroupées et synthétisées, pour ensuite être proposées. Les explications d'Eric, un gilet Jaune qui participe à cette initiative.

Suivez la situation minute à minute grâce à notre direct en cliquant ici.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play