Début de la campagne de vaccination chez les pompiers

coronavirus
SDIS Réunion sapeurs pompiers
©IPR

Les pompiers éligibles au vaccin devraient recevoir leur première dose d'antidote contre le SARS-COV2 ce vendredi 15 Janvier, en même temps que les pensionnaires des EHPAD. Le SDIS de la Réunion s’organise pour que la région Nord accueille les premiers sujets volontaires à prendre en charge.

Le SDIS a reçu ce mardi 12 janvier la liste des sapeurs-pompiers qui veulent se faire vacciner. Sont éligibles, les professionnels âgés de plus de 50 ans et ceux de moins de 50 ans ayant des pathologies à risque, ils entrent donc dans cette première phase de vaccination à La Réunion.

Le service départemental d'incendie et de secours possède 4 cabinets médicaux sur l’île qui recevront les sujets dès ce vendredi 15 janvier, ils devront avant l'injection donner leur accord par écrit et remplir un questionnaire très carré. Un guide est d’ailleurs expédié en ce moment dans les 28 casernes de l’île afin d’informer les candidats et les éclairer dans leur décision.

" C’est un acte volontaire, il n’y a aucun obligation à se faire vacciner. C’est d’ailleurs une des questions posées par les sapeurs-pompiers qui s’inquiètent de la réaction de leur service en cas de refus. C’est un acte volontaire, c’est comme ça que cela a été défini "

Médecin Colonel Patrick Lallemand qui coordonne toutes les opérations

Début de la vaccination dans le Nord

La Réunion compte 2400 effectifs répartis dans 28 casernes. Dans 3 jours, c’est la région Nord qui commencera à prendre en charge les sapeurs-pompiers de la Montagne, de Saint-Denis, de Sainte-Marie et Sainte-Suzanne.

Interrogés sur leur choix ce mardi, ils donnent des réponses très diverses mais n'émettent pas de refus catégorique. L’adjudant Damour dit " ne pas avoir 50 ans, ressentir un peu d’appréhension mais se fera vacciner s’il faut le faire ".

Anwar, l’infirmier, veut lui "  être rassuré avant de pouvoir le faire, il est encore dans le doute ".

Daniella, chargée de mission, " reste positive et pense que le vaccin couplé avec les gestes barrières est quelque chose de bien ".  Enfin, le pharmacien adjoint-capitaine Depoix " fera partie de la 2ème vague n’ayant pas 50 ans et aucune pathologie, il se fera de toute façon vacciner car c’est important ".

Lors de la pandémie de la grippe H1N1en 2009, les sapeurs pompiers de La Réunion avaient participé à la campagne de vaccination mise en place quelques mois après l'émergence du virus.

         

Les Outre-mer en continu
Accéder au live