Des " week-end de l’horticulture " en novembre pour sauver la filière

agriculture
Florilèges 2019 - Orchidées
©Michelle Bertil (Réunion la 1ère)
Chambre d’Agriculture et Union des horticulteurs et pépiniéristes s’associent pour trouver des solutions. La filière horticole est en grande difficulté. A défaut des salons, des ateliers sont organisés dans les pépinières en novembre.
Fortement impactée par la crise sanitaire, la filière horticole réunionnaise s’organise pour survivre. Depuis le début de la crise, certains professionnels ont perdu jusqu’à 40%, voire 50% de leur chiffre d’affaires. Les pertes se chiffrent en dizaines de milliers d’euros.

Impossible pour eux d’écouler leur production. Pour se maintenir, les horticulteurs pensaient pouvoir compter sur les manifestations et salons. Des évènements finalement annulés. Alors pour leur permettre de travailler malgré tout, d’autres solutions ont été imaginées.
 

Des " Week-end de l’horticulture " en novembre

Avec la Chambre d’Agriculture de La Réunion, l’Union des Horticulteurs et Pépiniéristes de La Réunion organise en novembre les " Week-end de l’horticulture ". L’objectif est clair : soutenir une filière en grande difficulté depuis le début de la crise Covid.Tout au long du mois de novembre, les professionnels s’organisent pour accueillir le public à des ateliers nature et créatifs. 7 sites seront ainsi ouverts. Ces ateliers seront ainsi l’occasion d’apprendre à confectionner un mur végétal, à faire de l'aquaponie, à aménager son jardin et pour cela à en apprendre davantage sur les plantes endémiques de La Réunion ou encore sur les palmiers. Le programme est à retrouver ici.
 
aquaponie horticulture
©Suzette Emma
 

Ecouler les productions

Pour Yannick Lauret, horticulteur, c’est aussi un moyen d’être au contact du public que ces professionnels ont l’habitude de côtoyer chaque année. Sur la pépinière de La Chapelle, il proposera des orchidées lors des deux prochains week-ends.

Ces fleurs, il les avait préparées pour des salons. Sans cet évènement, elles lui seraient restées sur les bras, et avec elles de grosses pertes financières.
 

" On a des milliers de plantes qui sont destinées aux salons et qui sont prêtes. Les salons représentent à peu près, pour mon entreprise, 20% de mon chiffre annuel. C’est quand même considérable. "

Yannick Lauret, horticulteur


La pépinière La Chapelle proposera d’autres plantes à ces clients des week-ends, elle compte en effet près de 250 espèces, parmi lesquelles différents palmiers. Une boutique en ligne a également été ouverte par l’Union des Horticulteurs et Pépiniéristes de La Réunion.