publicité

Donner un nouveau souffle au moringue

A l’occasion des 20 ans de l’école Diamanga de Saint-Benoît, des moringueurs de toute l’île se sont retrouvés au complexe du Bouvet. L’occasion de faire vivre cette tradition en perte de vitesse depuis quelques années.
 

© Réunion la 1ère
© Réunion la 1ère
  • LH / Jean-Claude Toihir
  • Publié le
Galos (combats), initiations, démonstrations étaient au programme de cette journée. A l’occasion des 20 ans de l’école Diamanga de Saint-Benoît, des moringueurs de l’île se sont ainsi retrouvés au complexe Bouvet de Saint-Benoît.
 
© Réunion la 1ère
© Réunion la 1ère
 

Une tradition en perte de vitesse

Si les années 2000 ont été la période phare de ce sport de combat, depuis quelques années, il connaît en revanche une perte de vitesse. A La Réunion, quelques centaines de personnes, réparties dans une quinzaine d’écoles, pratiquent le moringue.
 
© Réunion la 1ère
© Réunion la 1ère
Au rythme des percussions, les adversaires caressent la terre et s'observent, avant de s'affronter symboliquement. La discipline, présente sous différentes formes dans l’Océan Indien, revêt un sens fort et attire malgré tout les jeunes générations.
 

Les associations manquent de moyens

Pour David Mazagran, le fondateur de l’école de danse moringue réyoné, les moyens manquent aux associations pour développer la pratique. C’est donc pour attirer l’attention et essayer de redynamiser cette tradition en perte de souffle que cette journée a été organisée.

Le reportage de Jean-Claude Toihir et Philippe Hoareau.
Saint-Benoît : challenge Galomoringue

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play