Douleurs, blessures, fatigue : l’heure est aux soins et à la récupération pour les coureurs du Grand Raid

trail
Douleurs, blessures, fatigue : l’heure est aux soins et à la récupération pour les coureurs du Grand Raid.
Douleurs, blessures, fatigue : l’heure est aux soins et à la récupération pour les coureurs du Grand Raid. ©Imaz Press
Plus de 6 000 coureurs ont arpenté les sentiers de La Réunion sous un soleil de plomb pour ce Grand Raid 2021. Douleurs, blessures, fatigue : ce lundi 25 octobre, l’heure est aux soins et à la récupération.

"Ces courses mettent les coureurs à rude épreuve, il faut qu’ils récupèrent, sinon ils risquent des blessures à moyen ou long terme, explique Jérôme Olivier, kinésithérapeute du sport. Avant la course, de la cryothérapie et des massages permettent d’éviter les blessures traumatiques, et c’est aussi très efficace en récupération".  

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Grand raid : la 29ème édition a laissé des traces

 

Micro-déchirures et blessures

Ce lundi 25 octobre, l’heure est aux soins et à la récupération, pour les 6 000 coureurs des quatre courses du Grand Raid. Certains avaient anticipé en prenant rendez-vous chez leur kiné. Crèmes en tout genre et passiflore sont de sortie pour apaiser les petits bobos et les douleurs. Pour d’autres, il faudra bien plus pour soigner blessures et traumatismes.

"Les patients sont fatigués, ont des micro-déchirures et des blessures un peu partout, remarque Jérôme Olivier. La course de montagne est traumatisante pour les corps, car elle est très longue et avec des descentes très agressives".

Des coureurs souffrent de micro-déchirures et de blessures.
Des coureurs souffrent de micro-déchirures et de blessures. ©Imaz Press

 

Des difficultés à marcher

Sur la table, entre les mains du kiné, Guillaume, arrivé 230e sur la Mascareignes. "Je n’ai pas de gros bobos, samedi j’avais du mal à marcher, là ça va mieux, ça redémarre donc je vais faire de l’entretien pendant une bonne semaine pour recourir la semaine prochaine", explique Guillaume.

L’ostéopathie est aussi complémentaire de la kinésithérapie pour les raideurs. "Elle travaille sur la structure vertébrale et la kiné sur la structure musculaire et tendineuse", explique Jérôme Olivier.

La cryothérapie pour éliminer les déchets

Ce matin, Yannick, coureur sur la Mascareignes, arrive au cabinet de Christophe Chan Liat, ostéopathe-posturologue. Il a eu un gros souci au genou. En général, l'osthéopathe préconise d’attendre un peu avant une séance.

"Je leur conseille d’attendre trois ou quatre jours après la course, explique Christophe Chan Liat. Après un tel effort sur ces courses, le corps est mis à rude épreuve, d’autant qu’il a fait très chaud donc des pertes importantes de nutriment, donc je conseille d’attendre pour régénérer et drainer les déchets lactiques pour préparer le corps à la consultation ils ne crient pas à chaque point de pression sur le corps".

Le Grand Raid met les corps à rude épreuve.
Le Grand Raid met les corps à rude épreuve. ©Imaz Press

 

Dormir les jambes surélevées

Christophe Chan Liat recommande "la cryothérapie, des bains de glaçons, pour empêcher que les déchets continuent de s’accumuler dans les muscles et les articulations". "Je conseille aussi de dormir les jambes surélevés pour que les déchets soient drainés du mieux possible", poursuit-il.

Manque d’eau et déshydratation

Ce Grand Raid 2021 aura été particulièrement rude cette année en raison de la chaleur. "Il a manqué d’eau et de nourriture sur ce Grand Raid, notamment sur des points de ravitaillement dans Mafate, reconnaît Rémy Mamias, médecin référent du Grand Raid. Beaucoup de coureurs ont souffert de déshydratation. Il faut qu’ils continuent à beaucoup s’hydrater, se reposer et petit footing par la suite". Une fois la récupération assurée, les fous pourront alors commencer à nouveau à s'entraîner pour l'an prochain.