Elections régionales : le président sortant, Didier Robert, candidat à sa succession

politique
Didier Robert, président du Conseil Régional lors de l'assemblée plénière, lundi 5 novembre 2018.
Didier Robert, président du Conseil Régional - Archives ©Daniel Fontaine (Réunion la 1ère)

Ce n’est pas une surprise, mais encore fallait-il officialiser la nouvelle. Didier Robert est candidat à sa succession. Le président sortant se lance dans la bataille des régionales en tant que tête de liste, mais avec quels soutiens ?

Didier Robert veut devenir le premier à obtenir un troisième mandat à la tête de la pyramide inversée. Il incarne pour l’instant la seule option à droite de l’échiquier politique face à une pléthore de candidatures à gauche.

Quels soutiens pour Didier Robert ?

La question est de savoir qui est susceptible de l’épauler dans cette campagne. Michel Fontaine, le maire de Saint-Pierre et président des Républicains fait figure "d’allié naturel", le parti a soutenu  la candidature de Didier Robert à Saint-Denis lors des dernières municipales.

Ensuite, le président sortant pourra-t-il compter sur sa majorité actuelle ? Elle est composée de quelques poids lourds, parmi lesquels cinq maires, deux présidents de chambre consulaire et une députée. Lui prêteront-ils à nouveau allégeance ?

En attendant que la liste soit dévoilée, Didier Robert entre quoiqu’il arrive en campagne riche de 10 années de mandat, dont on retient notamment cette volonté de jeter des ponts, entre la Réunion et la métropole grâce à la  continuité territoriale.

Mais aussi, celle de connecter les jeunes au reste du monde grâce au plan ordinateur portable dont bénéficient les lycéens.

Une campagne qui s’annonce tout de même tendue

Parce qu’il sera jugé à l’aune de son bilan, et qu’il a un goût d’inachevé si l’on considère le chantier de la Nouvelle Route du Littoral, cette campagne pourrait bien être relativement "tendue". Alors qu’elle devait être effective fin 2021, la livraison de la Nouvelle Route du Littoral est repoussée à 2023. Les travaux de la NRL ont pris du retard à cause des difficultés à se fournir en roches massives.

Un aléa qui n’empêche pas le président de Région d’en faire un argument de campagne. Mardi prochain, il prendra acte de la livraison du viaduc, et ce même s’il n’est pas exploitable en l’état, faute de raccordement.

Le volet judiciaire pourrait s’inviter dans la campagne

Autre épine dans le pied du candidat à sa propre succession, sa convocation devant la justice le 9 avril prochain. Il devra répondre de prise illégale d’intérêt, d’abus de bien sociaux dans l’affaire de la SPL des musées régionaux.

Les magistrats devront statuer sur la légalité de la rémunération de Didier Robert, au moment où il était président de cette société publique, de 2017à 2018. Didier Robert encourt une peine d’inéligibilité ce qui ne l’évincerait pas forcément de la course aux régionales, puisqu’il aurait la possibilité de faire appel. Reste qu’une condamnation viendrait tout de même ternir son image et donnerait du grain à moudre à ses opposants.

Les élections régionales doivent se dérouler les 13 et 20 juin, mais du fait de la crise Covid, les dates pourraient être une nouvelles fois repoussées. Le conseil scientifique doit rendre ce dimanche un avis sur la tenue des élections régionales et départementales.